Spiritualité Orthodoxe

et la Jérusalem d'en Haut


A lire d'autres homélies sur le thème du carême:
Le carême orthodoxe

A lire aussi sur le thème de la Nativité:
L'Entrée au Temple de la Mère de Dieu

Nativité de Jésus Christ

Retour vers la section Etudes

ICI


Le jeûne ou carême de la Nativité ou Avent pour les Orthodoxes: période, origine, permissions et restrictions - homélie du Patriarche Daniel. Primat de l'Église Orthodoxe Roumaine.

Le carême de la Nativité - ou Avent Orthodoxe

par S.B. Patriarche Daniel

La période de jeûne

Divine Liturgie
Nativité - Métropole Orthodoxe Roumaine ©

Nous apprenons des instructions de l'Église que cette année la veille de l'Avent était le 13 novembre, pas le 14, parce que c'était un mercredi, qui est un jour prenant part au jeûne dans l'Église Orthodoxe. Le temps de préparation à Noël, le carême de la Nativité, commence donc cette année le 14 novembre, pas le 15 comme d'autres années où le jour du 15 novembre n'est pas précédé par un jour prenant part au jeûne, à savoir mercredi ou vendredi.

Ainsi cette année l'Avent dure du 14 novembre, jusqu'à lundi, le 24 décembre inclus, avec un jeûne total à la veille du Noël contrairement aux autres jours prenant part au jeûne de l'Avent (le jeûne se termine après la Divine Liturgie de Noël, le 25 décembre). La veille du Noël est un jour prenant part au jeûne plus strictement que les autres jours. On ne prend aucune nourriture avant la 9ème heure (15.00 heures), alors que dans certaines parties du monde une bouillie de blé mélangée avec des fruits et du miel peut être mangée, en mémoire du jeûne de Saint Daniel le Prophète et des trois jeunes hommes de Babylone.

Dans d'autres parties du monde on ne permet aucune nourriture avant que l'étoile du matin n'apparaisse, rappelle de l'étoile qui a annoncé aux rois mages la naissance du Sauveur. Ce jeûne rappelle aussi le jeûne des catéchumènes qu'ils avaient l'habitude de l'observer en soirée de ce jour, quand ils recevaient le baptême Chrétien et ensuite la première Sainte communion à la Liturgie Divine célébrée à l'époque pour cette occasion. ("Général Liturgics", Rev prof docteur Ene Braniste, EIMBOR, 1985).

L'origine du jeûne chrétien

L'Avent rappelle le long jeûne des patriarches et justes de l'Ancien Testament qu'ils faisaient en attendant le Messie - le Rédempteur. Selon quelques interprètes du rite Orthodoxe, les 40 jours de jeûne rappellent le jeûne de Moïse au Mont Sinaï, en attendant de recevoir la Parole de Dieu, le Décalogue (les 10 commandements) écrit sur les Tablettes de pierre de la Loi.

La première mention de cette période de restriction alimentaire et physique vient du 4ème - 5ème siècles, d'Augustin et de l'Évêque Léon le Grand de Rome, qui a délivré neuf discours sur le jeûne, nommé "le jeûne du dixième mois". L'Avent est consacrée tout d'abord à la fête de la Nativité de Jésus Christ, notre Seigneur et Sauveur.

Au départ, tous les Chrétiens ne jeûnaient pas de la même façon et le même nombre de jours. Par exemple, certains jeûnaient seulement sept jours et quelques autres six semaines; certains d'entre eux avaient un jeûne léger et quelques autres un strict. Mais le concile local de Constantinople, tenu en l'an 1166 (au temps du Patriarche Lucas Chrisoberge ) a normalisé la durée de l'Avent de la Nativité du Seigneur dans l'Église Orthodoxe, décidant que tout fidèle devrait jeûner pendant 40 jours, à partir du 15 novembre.

Les permissions et restrictions

Entrée au Temple
Entrée de la Mère de Dieu au Temple
(détail)- Atelier le Roseau ©

Tout jeûne, devrait représenter, en premier lieu une restriction des mauvaises choses qui nous séparent de Dieu et d'autrui. Du point de vue de la nourriture, l'Avent est plus léger que le Grand Carême car le poisson, l'huile et le vin sont permis. On permet le poisson, des plats de poisson, le vin et l'huile chaque samedi et le dimanche, du 21 novembre (Entrée au Temple de la Mère de Dieu) - le 16 décembre aussi. Ces jours sont d'habitude marqués dans le Calendrier Orthodoxe Chrétien avec l'indication "permission de manger du poisson" ou avec le symbole d'un poisson.

Selon le père Ene Braniste ("Général Liturgics"), ce jeûne est de sévérité moyenne, semblable à celui des Saints Apôtres.

D'après les instructions, le jeûne est observé dans des monastères le lundi, mercredi et vendredi jusqu'à la 9ème heure (autour 15.00 - 16.00 heures), on mange alors des légumes secs ou bouillis, mais sans huile; le mardi et jeudis on mange des légumes bouillis, cuisinées à l'huile et le vin est autorisé, tandis que l'on permet le poisson le samedi et de dimanche (hormis pendant la période du 20 au 25 décembre, quand le jeûne est plus sérieux). Si on célèbre un grand saint un lundi, mardi ou jeudi, le poisson est permis; si c'est un mercredi et vendredi, vin et huile sont permis, mais en prenant seulement un repas un jour. Si on célèbre le mercredi ou le vendredi un grand saint ou le saint patron d'une Église alors l'huile, le poisson et le vin sont permis.

Le dernier jour de l'Avent de Noël (le 24 décembre), la veille de la Nativité, les fidèles attendent que le prêtre leur annonce la nouvelles de la Nativité du Sauveur, célébrant de cette façon la grande fête à venir.

Par le Primat de l'Église Orthodoxe roumaine, le Patriarche Daniel, 14 novembre 2012. © Traduit de l'anglais au français par Spiritualité Orthodoxe.©



site: http://www.spiritualite-orthodoxe.net

Mentions légales