Spiritualité Orthodoxe

et la Jérusalem d'en Haut


Autres explications sur l'Évangile de St Jean:

  • Introduction et Prologue, Jean 1:1-18: la page
  • Le Témoignage de Jean sur Jésus et l'appel des disciples, Jean 1:19-51: la page
  • La noce de cana, Jean 2:1-12: la page
  • Jésus chasse les marchands du Temple, Jean 2:13-25: la page
  • L'entretien de Jésus avec Nicodème, Jean 3:1-12: la page
  • Le discours de Jésus à Nicodème, Jean 3:13-21: la page
  • Jésus et la samaritaine, Jean 4:1-42: la page
  • La multiplication des pains et des poissons, Jean 6:1-15: la page
  • La marche sur la mer et le Pain de Vie, Jean 6:16-71: la page


Jésus dans le Temple proclame 'Que celui qui a soif vienne à moi et que boive celui qui croit en moi'- Jean 7, un support pour l'enseignement ou pour la lectio divina.

Jésus "fleuves d'eau vive"
dans l'Évangile de Jean

Jésus enseigne au Temple de Jérusalem

Article inspiré des cours de Père Gérard Reynaud (Etudes bibliques) 1


Lire le texte en grec-français, en bas de page: cliquer ici


Image collection Ourmedia - Droits libres

Chapitre 7 - Le chapitre comporte 53 versets.
I. Introduction

Le chapitre 6, qui précède, se termine avec l'annonce de la Passion de Jésus, à travers l'annonce de la trahison par Judas.
Dès le début et tout au long du chapitre 7, ainsi que dans le chapitre 8, on voit que les menaces contre Jésus augmentent. Il est même très clairement dit, au verset 7,1:
Dans la suite, Jésus continua à parcourir la Galilée ; il préférait en effet ne point parcourir la Judée, où les autorités juives cherchaient à le faire périr.
En grec on a: Καὶ μετὰ ταῦτα περιεπάτει ὁ Ἰησοῦς ἐν τῇ Γαλιλαίᾳ· οὐ γὰρ ἤθελεν ἐν τῇ Ἰουδαίᾳ περιπατεῖν, ὅτι ἐζήτουν αὐτὸν οἱ Ἰουδαῖοι ἀποκτεῖναι.

Cependant une autre version donne:
« Depuis cela Jésus voyageait en Galilée. Car il n'avait pas le pouvoir 2 de voyager en Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir»
Saint Jean Chrysostome dit à ce propos: "Que dites-vous, bienheureux Jean ? Celui qui peut tout ce qu'il veut, ne pouvait pas ! " On peut lire l'homélie en entier à ce lien: Homélie XLVIII

Il y a donc des menaces qui planent sur Jésus. On avait déjà vu au versets 4, 1 à 3:
que les Pharisiens avaient entendu dire qu’il faisait plus de disciples et en baptisait plus que Jean ...
Et surtout au chapitre 5, 18 après qu'il eu guéri un infirme:
Dès lors, les autorités juives n’en cherchaient que davantage à le faire périr, car non seulement il violait le sabbat, mais encore il appelait Dieu son propre Père, se faisant ainsi l’égal de Dieu.

Les menaces contre Jésus sont donc déjà anciennes mais dans les chapitres 7 et 8 la menace s'amplifie et une polémique dure prend place. La tension va croître jusqu'à la fin du chapitre 8, allant jusqu'à une tentative de lapidation de Jésus.
L'hostilité est manifestée par les Juifs. Qui sont-ils? On sait que dans l'Evangile de Jean quand on parle des Juifs, il s'agit des autorités. Il ne s'agit donc pas de l'ensemble des Juifs, puisque l'on voit que les gens sont partagés sur la personne de Jésus et sur ses révélations. De surcroît, Jésus dans son humanité est lui-même Juif; sa famille, ses disciples et l'évangéliste Jean aussi. Remarquons aussi qu'il ne s'agit certainement pas non plus des Juifs dans la succession des temps, ce qui serait insensé.
Quand Jean parle des pharisiens, il y a aussi des divisions parmi eux, il faut là aussi discerner. On voit d'ailleurs au chapitre 7 que le pharisien Nicodème prend position pour Jésus. Il fait un parcours de foi remarquable qui démarre au chapitre 3, avec sa rencontre avec Jésus où il lui dit:
« Rabbi, nous savons que tu es un maître qui vient de la part de Dieu, car personne ne peut opérer les signes que tu fais si Dieu n’est pas avec lui. » , il prend ensuite sa défense au chapitre 7 devant les autres pharisiens, et puis après la crucifixion il est celui qui apporte un mélange de myrrhe et d’aloès d’environ cent livres, pour la mise au tombeau du Christ.(Jean 19,39).

II. Dialogue entre Jésus et ses frères

Les autorités s'opposent donc à Jésus depuis longtemps et cherchent à le faire périr. Ses frères sont incrédules. Ils le voient comme un thaumaturge qui accomplit des oeuvres extraordinaires mais ils ne croient pas. Eux vont monter à Jérusalem, et ils souhaitent qu'il se manifeste aux disciples à Jérusalem, pour que les disciples puissent voir les oeuvres qu'il fait. Ils disent: On n’agit pas en cachette quand on veut s’affirmer. Puisque tu accomplis de telles œuvres, manifeste-toi au monde ! »
Jésus refuse, il sait que ses frères eux-même ne croient pas en lui; et il leur dit alors : « Mon temps n’est pas encore venu ; votre temps à vous est toujours favorable....

Ce thème du "temps qui n'est pas encore venu" est récurent dans l'Evangile de Jean. Le temps sera venu lorsque sera venu l'heure de son élévation, c'est à dire de la glorification du Fils par le Père, et cette élévation passe par la Croix. Le temps dont il s'agit ici n'est pas le Chronos - Κρόνος , l'écoulement des minutes et des heures, des semaines, mois et années. Mais c'est le kairos - καιρὸς , le temps significatif 3 qui est porteur dans ce cas d'un événement quant au dessein de Dieu. Alors que pour les frères de Jésus le temps est toujours favorable car c'est le temps ordinaire du monde; et le monde ne peut pas les haïr car ils sont du monde.

Tandis que puisque Jésus n'est pas du monde, le monde le haie parce qu'Il témoigne que ses oeuvres sont mauvaises. Il y a aussi dans l'Evangile de Saint Jean une distinction entre deux mondes: le monde qui est la création de Dieu et qui est bonne, car elle obéit à un dessein de Dieu; et le monde de l'autonomie de l'homme dressé contre son créateur, qui est dans le péché et dans l'héritage de la mort. C'est ce monde qui hait le Seigneur car il connaît de l'intérieur ses oeuvres mauvaises et il témoigne contre lui.

Cela peut paraître surprenant qu'il oppose d'abord un refus puis qu'ensuite il aille quand même à la fête; mais il est dit qu'il arrive au milieu de la fête, donc il y a un temps où il est toujours en Galilée dans l'intimité avec son Père céleste. Il a refusé d'obéir à l'injonction de ses frères de monter avec eux mais il va néanmoins se mettre en route plus tard, car en toutes choses Jésus obéit en temps voulu au dessein de Dieu, qu'il est venu manifester.

III. Jésus enseigne au Temple durant la fête des Tentes

Jésus va entrer à Jérusalem presque secrètement, de la même manière il se dérobera à ses adversaires, lorsque plus tard il voudront le lapider (fin du chapitre 8 au verset 59).

Cependant la ville ne fait que parler de lui, au versets 11-13, il est dit: Au cours de la fête, les autorités juives le cherchaient et on disait  : « Où est-il donc ? » Dans la foule, on discutait beaucoup à son propos ; les uns disaient : « C’est un homme de bien », d’autres : « Au contraire, il séduit la foule. » Toutefois, personne n’osait parler ouvertement de lui, par crainte des autorités juives.

De quelle fête s'agit-il? Il s'agit de la Souccot ou fête des Tentes, dite encore fête des Tabernacles ou fête des Huttes, la soukka étant une cabane. C'est une fête d'automne, la troisième de pèlerinage avec Pessa'h "la Pâque" et Chavouot (50 jours après Pâque) où l'on célèbre le don de la Loi faite à Moïse. Souccot est à la fois une fête des récoltes, des vendanges et où l'on fait mémoire de la pérégrination des Hébreux au désert. Elle a aussi une dimension eschatologique car on y mentionne aussi le Roi Messie qui doit venir. Notons que c'est pendant une fête de Souccot qu'a eu lieu la dédicace du Temple de Salomon. Comme c'est une fête de pèlerinage tous ceux qui le peuvent, d'Israël et même de la diaspora, montent à Jérusalem et au Temple. Dans l'Évangile de Jean, la révélation est liée très largement aux grandes fêtes juives, où l'on trouve aussi la figure du Temple. La révélation de Jésus comme source de Vie et comme lumière du monde a lieu dans le Temple, dans la cadre même de la fête des Huttes.

Cette question au sujet de Jésus: « Où est-il donc ? » revient une dizaine de fois. On voit que le peuple est partagé, certains disent que c'est un homme de bien et d'autres qu'il égarerait la foule. Mais tout le monde chuchote par crainte des autorités qui est déterminée à faire périr Jésus. La fête des Tentes dure sept jours, plus une journée de clôture de la fête. Jésus arrive au milieu de la fête est se met à enseigner. Cela surprend les Juifs mais de manière désagréable, et ils disent littéralement: "Comment connaît-il les Écritures, lui qui n'a pas étudié?" Or ne peuvent enseigner au Temple que ceux qui s'inscrivent dans une tradition de maître à disciple, entrant ainsi dans l'intelligence de la tradition écrite et de la tradition orale. Rappelons que la tradition orale interprète les écritures et qu'elle a autant d'importance que celle écrite. D'ailleurs dans le midrash 4 de la Genèse, il est bien dit que la Loi orale aussi bien que la Loi écrite, ont été révélées à Moïse. Dans la tradition chrétienne ces deux traditions existent aussi, parmi les pères cappadociens, St Basile de Césarée, écrivit que la tradition a un versant écrit et un versant oral. Celui, qui n'est pas reconnu comme ayant étudié dans une école de la tradition, ne peut donc pas enseigner dans le temple. Or voici que Jésus enseigne avec autorité dans le Temple.

Jésus leur répondit : « Mon enseignement ne vient pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé. Si quelqu’un veut faire la volonté de Dieu, il saura si cet enseignement vient de Dieu ou si je parle de moi-même. Qui parle de lui-même cherche sa propre gloire ; seul celui qui cherche la gloire de celui qui l’a envoyé est véridique, et il n’y a pas en lui d’imposture. N’est-ce pas Moïse qui vous a donné la Loi ? Or aucun de vous n’agit selon la Loi : pourquoi cherchez-vous à me faire mourir ? » L'argument vaut pour le croyant mais celui qui n'est pas croyant peut néanmoins le recevoir parce que cela renvoie au "serviteur souffrant" d'Isaïe qui ne cherche pas sa propre gloire et qui ainsi est absolument véridique et sans mensonge.

Dans sa réponse Jésus souligne aussi l'intimité qui l'unit comme Fils avec le Père, par "celui qui m'a envoyé." Puis il ajoute: Si quelqu’un veut faire la volonté de Dieu, il saura si cet enseignement vient de Dieu ou si je parle de moi-même. Deux conception de la Loi s'opposent: il y a une conception juridique qui prend à la lettre les préceptes; et puis une conception dont Jésus est porteur, c'est que si on entre véritablement dans cette Loi on écoute la Parole de Dieu qui a pour objectif de communiquer la Vie. Celui qui écoute la Parole reçoit la Vie, dans la Loi, car évidemment tout doit se passer dans la justice avec laquelle la Loi est inséparable.

Puis Jésus dit: N’est-ce pas Moïse qui vous a donné la Loi ? Or aucun de vous n’agit selon la Loi : pourquoi cherchez-vous à me faire mourir ? » La foule lui répondit : « Tu es possédé d’un démon ! Qui cherche à te faire mourir ? » La volonté de rejeter Jésus en le faisant mourir, lui qui est l'envoyé du Père, est le signe de l'infidélité radicale à la Loi que Moïse a reçue de Dieu. On peut se reporter à ce sujet aux versets: Jean 5, 46-47; Jean 7,49-52; Jean 8, 37-41. 5 Jésus reprit la parole et leur dit : « Je n’ai fait qu’une seule œuvre et tous vous êtes étonnés. Moïse vous a donné la circoncision – encore qu’elle vienne des patriarches et non pas de Moïse – et vous la pratiquez le jour du sabbat. Si donc un homme reçoit la circoncision un jour de sabbat sans que la Loi de Moïse soit violée, pourquoi vous irriter contre moi parce que j’ai guéri complètement un homme un jour de sabbat ? Cessez de juger selon l’apparence, mais jugez selon ce qui est juste ! »

Effectivement la circoncision un jour de sabbat, n'est pas une violation de la Loi, car ce que commande la Loi c'est que le nouveau né soit circoncis huit jours après sa naissance, or ce jour peut tomber un jour de sabbat. De surcroît, comme la Loi est un chemin de Vie, guérir un homme correspond à l'objectif de la Loi et donc ce ne peut être une violation de la Loi que de le faire un jour de sabbat, le Seigneur demande à ses interlocuteurs de juger selon ce qui est juste.

Toutes ses discussions entraînent des tensions et des interrogations parmi ceux qui l'écoutent, et la foule est divisée. Au versets 25-27: Des gens de Jérusalem disaient : « N’est-ce pas là celui qu’ils cherchent à faire mourir ? Le voici qui parle ouvertement et ils ne lui disent rien ! Nos dirigeants auraient-ils vraiment reconnu qu’il est bien le Messie ? Cependant celui-ci, nous savons d’où il est, tandis que, lorsque viendra le Messie, nul ne saura d’où il est. »

L'opinion des gens est flottante face à l'irritation des autorités quand Jésus enseigne; l'accusation qui dit que Jésus est possédé par un démon, les deux conceptions de la Loi.

Le prophète Michée, affirme que le Messie doit venir de la cité de Bethléem 6 et il y a une tradition qui veut que l'on ne sait pas d'où il est. Dans la dialogue avec le philosophe Tryphon 7, saint Justin rapporte que le Messie quand il viendra n'aura pas conscience lui-même qui il est tant que Elie (celui qui annonce la venue du Messie) ne lui aura pas donné l'onction. Il y a un écho de cette tradition en Jean 1, lorsque Jean Baptise dit au verset Jean 1,31: Moi-même, je ne le connaissais pas... Pourtant il est son cousin et le connaît en tant qu'homme mais pas dans sa messianité.

On remarque qu'il y a toujours la présence du malentendu dans l'Évangile de Jean, car les autorités Juives ont une vue juste selon les apparences, ils prétendent connaître la généalogie de l'homme qui est devant eux (ne sachant pas même qu'il est né à Bethléem) mais ils ne savent pas d'où il vient quant à sa paternité céleste, ça leur est caché.

Alors Jésus, qui enseignait dans le temple, proclama : « Vous me connaissez ! Vous savez d’où je suis ! Et pourtant, je ne suis pas venu de moi-même. Celui qui m’a envoyé est véridique, lui que vous ne connaissez pas. Moi, je le connais parce que je viens d’auprès de lui et qu’il m’a envoyé. »

Comme les Juifs ne connaissent pas l'envoyé, ceci signifie qu'ils ne connaissent pas celui qui l'a envoyé. On est à ce niveau dans le dévoilement de la personne de Jésus, ce qui entraîne une tension qui va s'accroître de plus en plus. On va chercher à l'arrêter mais personne ne parvient à mettre la main sur lui car son heure - kairos - n'est pas encore venue. En effet, Dieu se sert des hommes pour l'accomplissement de son dessein mais il s'en sert au moment opportun, dans le secret de son dessein que Jésus accomplit en toutes circonstances.

Il y a à nouveau un basculement dans la foule: Dans la foule bien des gens crurent en lui, et ils disaient : « Lorsque le Messie viendra, opérera-t-il plus de signes que celui-ci n’en a fait ? »

Les pharisiens sont attentifs aux hésitations de la foule et envoient des gardes pour arrêter Jésus. Jésus dit : « Je suis encore avec vous pour un peu de temps et je vais vers celui qui m’a envoyé. Vous me chercherez et vous ne me trouverez pas ; car là où je suis, vous ne pouvez venir. » On sent dans ce chapitre un resserrement du temps qui rapproche du dénouement, c'est à dire de la glorification du Fils par le Père, qui passe par l'élévation sur la Croix.

Dans l'AT, dans les prophéties on trouve souvent ce thème "chercher et ne pas trouver". C'est une parole volontairement ambiguë avec une intention prophétique. Les autorités restent dans le malentendu: Les autorités juives dès lors se disaient entre elles : « Où faut-il donc qu’il aille pour que nous ne le trouvions plus ? Va-t-il rejoindre ceux qui sont dispersés parmi les Grecs ? Va-t-il enseigner aux Grecs ?

IV. Le dernier jour de la fête

En récapitulatif, le Christ se dévoile au long du chapitre: Il est l'envoyé de Dieu; par la foi en Lui, il nous conduit à celui qui est véridique; il nous ouvre le chemin vers le Père.
La réponse des Juifs tourne autour de: nous connaissons qui tu es et d'où tu viens, donc tu ne peux pas être le Messie. La foule quant à elle est hésitante. Ainsi, Jésus n'étant pas reçu dans la foi, on ne croit pas qu'il est véridique et on n'adhère pas à sa parole, ce qui entraîne que même si on le cherche on ne le trouvera pas, parce que là où il est on ne peut pas venir.
Cette section du chapitre 7 culmine à un moment solennel car Jésus se trouve dans le Temple le dernier jour de la fête des Tentes. Ce jour là une procession va à la fontaine de Siloé, rapporte de l'eau dans un vase d'or et fait sept fois le tour de l'autel en y faisant des libations.
C'est à ce moment que Jésus debout, proclame (s'écrit en disant - ἔκραξεν λέγων):
« Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et que boive celui qui croit en moi. Comme l’a dit l’Écriture : “De son sein couleront des fleuves d’eau vive.” »

C'est l'un des deux moments décisifs de la révélation de la personne du Christ dans les deux chapitres 7 et 8, il est ici "la Source d'eau vive." Au chapitre 8, il est la "Lumière du monde".
Jésus invite donc à venir à lui, lui qui est l'eau qui étanche définitivement la soif, comme on l'a vu aussi dans l'entretien avec la femme samaritaine. Comme du Temple, de Jésus-Christ coulent des fleuves d'eau vive. De même, des fleuves d'eau vive couleront du sein du disciple qui donne sa foi en l'envoyé véridique. Cette eau n'est plus celle de la fontaine de Siloé, associée aux eaux du paradis, mais la plénitude de l'Esprit. En effet, bien que l'Esprit de Dieu agisse dans le monde avant même la glorification du Seigneur 8, sa Plénitude, elle, est liée à la glorification du Christ par sa mort et sa résurrection.

L'autel sur lequel les libations sont versées, dans l'Évangile de Jean , l'autel est Jésus lui-même. Cela renvoie à Ézéchiel, 47,1-12.
Remarquons que dans le récit de Saint Jean, le narrateur fait une interprétation des actes et des paroles du Seigneur, sous la forme de commentaires. Il construit et accomplit donc les Paroles.
Après 70, la synagogue et les chrétiens vont se séparer, ce qui justifie les commentaires de l'évangéliste qui sont de véritables constructions christologiques.
A nouveau la foule est divisée: Parmi les gens de la foule qui avaient écouté ses paroles, les uns disaient : « Vraiment, voici le Prophète ! » D’autres disaient : « Le Messie, c’est lui. » Mais d’autres encore disaient : « Le Messie pourrait-il venir de la Galilée ? L’Écriture ne dit-elle pas qu’il sera de la lignée de David et qu’il viendra de Bethléem, la petite cité dont David était originaire ? » C’est ainsi que la foule se divisa à son sujet.

On voit donc dans ce chapitre 7, les deux traditions concernant le Messie: celle du Messie caché, dont on ne connaît pas l'origine, que l'on voit dès le ministère de Jean Baptiste et dans au verset 7,27; et puis ici le rappel du fondement scripturaire que l'on retrouve en Michée 5,1.

Quelques-uns d’entre eux voulurent l’arrêter, mais personne ne mit la main sur lui.
Les gardes revinrent donc vers les grands prêtres et les Pharisiens qui leur dirent : « Pourquoi ne l’avez-vous pas amené ? » Les gardes répondirent : « Jamais homme n’a parlé comme cet homme. » Les Pharisiens leur dirent : « Auriez-vous donc été abusés, vous aussi ? Parmi les dirigeants ou parmi les Pharisiens, en est-il un seul qui ait cru en lui ? Il y a tout juste cette masse qui ne connaît pas la Loi, des gens maudits ! »


Notons que les gardes n'ont pas arrêté Jésus, alors même qu'il est dans le Temple. Notons aussi que ces Pharisiens montrent un grand mépris pour le peuple, ceux qui n'ont pas étudié qui sont susceptibles de se laisser abuser par un trompeur, un faux prophète.

Puis, on voit à nouveau arriver Nicodème, l'un des Pharisiens qui dit, en faisant référence à la Loi mosaïque:
« Notre Loi condamnerait-elle un homme sans l’avoir entendu et sans savoir ce qu’il fait ? » C'est un homme juste, il veut que si procès il y a, on doit d'abord entendre et juger sur des faits. Cela lui vaut d'être accusé d'être Galiléen. Rappelons que c'était ainsi que tout d'abord on appela les premiers chrétiens.

On verra plus tard qu'il y a des parallélismes entre ce chapitre et le chapitre 8 qui suit. Il y a d'ailleurs une unité profonde entre ces deux chapitres.

***

Notes de bas de page:

1. Réalisée par G. LS pour Spiritualité Orthodoxe - Droits d'auteur protégés ©

2. θελω - εθελω - est traduit usuellement par vouloir, avoir la volonté de; c'est le même verbe utilisé en Jean 1,43: Le lendemain, Jésus voulut se rendre en Galilée

3. kairos - καιρὸς : dit aussi le temps opportun ou moment d'inflexion.

4. Le Midrash, au pluriel les Midrachim - ils sont une tradition orale enseignée depuis le don de la Thora au Mont Sinaï et mise par écrit après la clôture du Talmud vers le IXe ‑ Xe siècle

5. Jean 5, 46-47: 46 En effet, si vous croyiez en Moïse, vous croiriez en moi, car c’est à mon sujet qu’il a écrit. 47 Si vous ne croyez pas ce qu’il a écrit, comment croiriez-vous ce que je dis ? »

Jean 7,49-52: 49 Il y a tout juste cette masse qui ne connaît pas la Loi, des gens maudits ! » 50 Mais l’un d’entre les Pharisiens, ce Nicodème qui naguère était allé trouver Jésus, dit : 51 « Notre Loi condamnerait-elle un homme sans l’avoir entendu et sans savoir ce qu’il fait ? »

Jean 8, 37-41 : 37 Vous êtes la descendance d’Abraham, je le sais ; mais parce que ma parole ne pénètre pas en vous, vous cherchez à me faire mourir. 38 Moi, je dis ce que j’ai vu auprès de mon Père, tandis que vous, vous faites ce que vous avez entendu auprès de votre père ! » 39 Ils ripostèrent : « Notre père, c’est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous êtes enfants d’Abraham, faites donc les œuvres d’Abraham. 40 Or, vous cherchez maintenant à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue auprès de Dieu ; cela Abraham ne l’a pas fait. 41 Mais vous, vous faites les œuvres de votre père. » Ils lui répliquèrent : « Nous ne sommes pas nés de la prostitution ! Nous n’avons qu’un seul père, Dieu ! »

6. Michée 5,1: Et toi, Bethléem Ephrata, trop petite pour compter parmi les clans de Juda,
de toi sortira pour moi
celui qui doit gouverner Israël.
Ses origines remontent à l’antiquité,
aux jours d’autrefois.

7.On peut se reporter aux Dialogues avec Tryphon - Grec et traduction française, M. De Genoude: sur le site de Philippe Remacle

8. En effet dès le Livre de la Genèse, il est écrit que l'Esprit de Dieu planait au dessus des eaux.

Traduction de la TOB - Jean 7
1 Dans la suite, Jésus continua à parcourir la Galilée ; il préférait en effet ne point parcourir la Judée, où les autorités juives cherchaient à le faire périr.
2 Or c’était bientôt la fête juive des Tentes.
3 Ses frères lui dirent : « Passe d’ici en Judée afin que tes disciples, eux aussi, puissent voir les œuvres que tu fais.
4 On n’agit pas en cachette quand on veut s’affirmer. Puisque tu accomplis de telles œuvres, manifeste-toi au monde ! »
5 En effet, ses frères eux-mêmes ne croyaient pas en lui.
6 Jésus leur dit alors : « Mon temps n’est pas encore venu ; votre temps à vous est toujours favorable.
7 Le monde ne peut pas vous haïr, tandis que moi, il me hait parce que je témoigne que ses œuvres sont mauvaises.
8 Montez donc à cette fête. Pour ma part, je n’y monterai pas, car mon temps n’est pas encore accompli. »
9 Après avoir ainsi parlé, il demeura en Galilée.
10 Mais lorsque ses frères furent partis pour la fête, il se mit en route, lui aussi, sans se faire voir et presque secrètement.
11 Au cours de la fête, les autorités juives le cherchaient et on disait : « Où est-il donc ? »
12 Dans la foule, on discutait beaucoup à son propos ; les uns disaient : « C’est un homme de bien », d’autres : « Au contraire, il séduit la foule. »
13 Toutefois, personne n’osait parler ouvertement de lui, par crainte des autorités juives.
14 Alors qu’on était déjà au milieu de la fête, Jésus monta au temple et il se mit à enseigner.
15 Les autorités juives en étaient surprises et elles disaient : « Comment est-il si savant, lui qui n’a pas étudié ? »
16 Jésus leur répondit : « Mon enseignement ne vient pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé.
17 Si quelqu’un veut faire la volonté de Dieu, il saura si cet enseignement vient de Dieu ou si je parle de moi-même.
18 Qui parle de lui-même cherche sa propre gloire ; seul celui qui cherche la gloire de celui qui l’a envoyé est véridique, et il n’y a pas en lui d’imposture.
19 N’est-ce pas Moïse qui vous a donné la Loi ? Or aucun de vous n’agit selon la Loi : pourquoi cherchez-vous à me faire mourir ? »
20 La foule lui répondit : « Tu es possédé d’un démon ! Qui cherche à te faire mourir ? »
21 Jésus reprit la parole et leur dit : « Je n’ai fait qu’une seule œuvre et tous vous êtes étonnés.
22 Moïse vous a donné la circoncision – encore qu’elle vienne des patriarches et non pas de Moïse – et vous la pratiquez le jour du sabbat.
23 Si donc un homme reçoit la circoncision un jour de sabbat sans que la Loi de Moïse soit violée, pourquoi vous irriter contre moi parce que j’ai guéri complètement un homme un jour de sabbat ?
24 Cessez de juger selon l’apparence, mais jugez selon ce qui est juste ! »
25 Des gens de Jérusalem disaient : « N’est-ce pas là celui qu’ils cherchent à faire mourir ?
26 Le voici qui parle ouvertement et ils ne lui disent rien ! Nos dirigeants auraient-ils vraiment reconnu qu’il est bien le Messie ?
27 Cependant celui-ci, nous savons d’où il est, tandis que, lorsque viendra le Messie, nul ne saura d’où il est. »
28 Alors Jésus, qui enseignait dans le temple, proclama : « Vous me connaissez ! Vous savez d’où je suis ! Et pourtant, je ne suis pas venu de moi-même. Celui qui m’a envoyé est véridique, lui que vous ne connaissez pas.
29 Moi, je le connais parce que je viens d’auprès de lui et qu’il m’a envoyé. »
30 Ils cherchèrent alors à l’arrêter, mais personne ne mit la main sur lui parce que son heure n’était pas encore venue.
31 Dans la foule bien des gens crurent en lui, et ils disaient : « Lorsque le Messie viendra, opérera-t-il plus de signes que celui-ci n’en a fait ? »
32 Ce qui se chuchotait dans la foule à son sujet parvint aux oreilles des Pharisiens : les grands prêtres et les Pharisiens envoyèrent alors des gardes pour l’arrêter.
33 Jésus dit : « Je suis encore avec vous pour un peu de temps et je vais vers celui qui m’a envoyé.
34 Vous me chercherez et vous ne me trouverez pas ; car là où je suis, vous ne pouvez venir. »
35 Les autorités juives dès lors se disaient entre elles : « Où faut-il donc qu’il aille pour que nous ne le trouvions plus ? Va-t-il rejoindre ceux qui sont dispersés parmi les Grecs ? Va-t-il enseigner aux Grecs ?
36 Que signifie cette parole qu’il a dite : “Vous me chercherez et vous ne me trouverez pas”, et “là où je suis, vous, vous ne pouvez venir” ? »
37 Le dernier jour de la fête, qui est aussi le plus solennel, Jésus, debout, se mit à proclamer : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et que boive
38 celui qui croit en moi. Comme l’a dit l’Ecriture : “De son sein couleront des fleuves d’eau vive.” »
39 Il désignait ainsi l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui : en effet, il n’y avait pas encore d’Esprit parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié.
40 Parmi les gens de la foule qui avaient écouté ses paroles, les uns disaient : « Vraiment, voici le Prophète ! »
41 D’autres disaient : « Le Messie, c’est lui. » Mais d’autres encore disaient : « Le Messie pourrait-il venir de la Galilée ?
42 L’Ecriture ne dit-elle pas qu’il sera de la lignée de David et qu’il viendra de Bethléem, la petite cité dont David était originaire ? »
43 C’est ainsi que la foule se divisa à son sujet.
44 Quelques-uns d’entre eux voulurent l’arrêter, mais personne ne mit la main sur lui.
45 Les gardes revinrent donc vers les grands prêtres et les Pharisiens qui leur dirent : « Pourquoi ne l’avez-vous pas amené ? »
46 Les gardes répondirent : « Jamais homme n’a parlé comme cet homme. »
47 Les Pharisiens leur dirent : « Auriez-vous donc été abusés, vous aussi ?
48 Parmi les dirigeants ou parmi les Pharisiens, en est-il un seul qui ait cru en lui ?
49 Il y a tout juste cette masse qui ne connaît pas la Loi, des gens maudits ! »
50 Mais l’un d’entre les Pharisiens, ce Nicodème qui naguère était allé trouver Jésus, dit :
51 « Notre Loi condamnerait-elle un homme sans l’avoir entendu et sans savoir ce qu’il fait ? »
52 Ils répliquèrent : « Serais-tu de Galilée, toi aussi ? Cherche bien et tu verras que de Galilée il ne sort pas de prophète. »
53 Ils s’en allèrent chacun chez soi.

*
****
*

Retour en haut de page



site: http://www.spiritualite-orthodoxe.net

Mentions légales