Spiritualité Orthodoxe

et la Jérusalem d'en Haut


Sujets de cette page:




Iconographie

L'Orthodoxie par l'icône: prière à St André Roublev, stages et ateliers, histoire et théologie de l'icône, dimanche de l'orthodoxie et livres d'art iconographique.

Icône de la Trinité de Roublev
Icône de la Trinité de Roublev

Prière à Saint Andreï Roublev

XVème siècle - fêté le 4 juillet

Tout rayonnant de le divine clarté, tu as vu dans le Christ la Sagesse et Puissance de Dieu, vénérable André, et par l'icône de la Sainte Trinité tu as prêché au monde entier qu'au sein de la Triade règne l'Unité ; quand à nous, avec admiration et allégresse nous te chantons : grâce au crédit que tu possèdes auprès de la très sainte Trinité, prie la de répandre sur nos âmes la clarté.
Le texte en pdficonepdf


ICÔNES ET ATELIERS

ATELIERS SAINT NICOLAS - APPRENDRE À PEINDRE OU ÉCRIRE UNE ICÔNE ou UNE ENLUMINURE
à GOUHENANS, dans le département de la Haute-Saône,
Consulter le dépliant avec toutes les informations : dépliant en PDF

ATELIER "LE ROSEAU" - cours d'iconographie.
Tous les vendredis matins, ( hors vacances scolaires )
à CHATOU, dans le département des Yvelines.
Consulter la page web pour toutes les informations : Stages "Le Roseau".

Pour d'éventuels Stages d'iconographie ponctuels, aller à la page Actualités, ils y sont classés par dates

Icônes écrites par des iconographes roumains, du Patriarcat roumain à Bucarest
Spiritualité Orthodoxe © (Copyright) :

vierge_enfant_bucarest
La Vierge et l'Enfant et le Christ Pantocrator ©

Poser le pointeur de la souris sur les images ci-dessous pour les agrandir

Icônes de Razvan Gasca (Copyright):

Icône christ_ressuscitechrist_ressuscite saint_jean_baptiste saint_jean_baptiste
La Résurrection du Christ - détail Saint Jean Baptiste


Icônes de l'Atelier Le Roseau (Copyright):

Christ christ_icone vierge_iconevierge_icone saint_michel_icone.saint_michel_icone. philomene_icone philomene_icone
Christ pantocrator La Mère de Dieu Archange Saint Michel Sainte Philomène


Visitez le site de l'Atelier du Roseau: Icônes orthodoxes, sur le Christ, la Mère de Dieu, les Saints, les fêtes liturgiques - Stages d'iconographie - Explication des icônes... Site de l'atelier

Vous pouvez aussi visiter le site de l'iconographe Valérie Cagnat
Diplômée de L'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, Valérie Cagnat a été formée dès 1998 à l'iconographie orthodoxe traditionnelle par Mme Emilie Van Taack, elle -même élève et disciple de Léonide Ouspensky..

Retour en haut de page

THÉOLOGIE ET HISTOIRE DE L'ICÔNE

R.P. Boris Bobrinskoy (né en 1925, doyen honoraire de l'Institut de théologie orthodoxe Saint Serge) - Bref Apercu de la Querelle des Images
1. Le culte des images avant la querelle
2. La première période iconoclaste (723-780)
3. Le VIle concile ocuménique (787) et le rétablissement des saintes images (780-813)
4. La réaction iconoclaste (813-842)
5. Le Triomphe de l'Orthodoxie
A lire en ligne: Sur le site de l'Eglise grecque Myriobiblos

Le Monde des Icones Contacts, Numero special L' Icone, no 32 1960 sur Myriobiblos
E. Behr-Sigel: Reflexions sur l'Iconostase
R.P. Boris Bobrinskoy: Bref Apercu de la Querelle des Images
Alexandre Embirikos: Frangos Catellanos, le Novateur
Olivier Clement: A Propos d'une Theologie de l'Icone
Wladimir Weidle: L'Icone : Image et Symbole
Paul Evdokimov: L'art Moderne ou la Sophia Desaffectee
Eugene Troubetskoi: L'or Céleste: L'"Assiste"

Théologie de l'icône - Extrait de cours de Père Razvan Ionescu
D'après la "La théologie de l'icône dans l'Église orthodoxe, par Léonide Ouspensky, Aux éditions du Cerf (mai 2003)"
Entre guillemets: traduction libre de passages du livre à partir du roumain.

"Le dogme des icônes (c'est à dire de leur vénération ) est le point final au sommet de l'édifice théologique de l'orient." Ceci signifie que l'enseignement sur les icônes récapitule toute la réflexion théologique de l'orient byzantin. Parce que l'icône est une théologie par excellence.
Quand on fête la victoire de l'Orthodoxie, c'est à la fois une fête historique et une fête de victoire de la vénération de l'icône contre sa destruction. Cette victoire est théologique est non pas artistique et pour l'orthodoxie il s'agissait d'une question de vie ou de mort.

L'icône est écrite, dans le sens de graphis, elle est donc une théologie écrite. "Si la parole cesse de correspondre à l'image, il se produit une rupture entre les deux différentes façon d'exprimer la même vérité. Leur unité ontologique est détruite. C'est pourquoi l'expression théologique de l'image-icône est acceptable à condition qu'elle corresponde à la théologie dans son sens patristique"

L'icône est une image produite par l'Église, elle exprime sa foi. l'aspect artistique est secondaire par rapport à la signification théologique. Si l'explication de l'icône sort du cadre de l' Église afin de l'interpréter d'une manière qui lui est étrangère, on n'est plus dans une théologie juste de l'icône mais dans sa déformation.

"La théologie chrétienne est enseignée dans les séminaires académiques mais le contenu dogmatique de la doctrine qui se trouve dans l'image n'a pas été enseignée dans l' Église (à l'époque de l'auteur, mais il y a maintenant des cours d'iconologie). Personne n'est tenu de connaître l'histoire de l'icône mais il doit connaître sa foi. Être capable de dire si l'image qui se trouve devant lui exprime ou non cette foi et le devoir de chaque fidèle." Le fidèle n'est donc pas obligé de connaître les sciences auxiliaires de l'icône mais s'il ne sait pas si l'icône qu'il a devant lui respecte la foi de l'Église, c'est une lacune. En effet, une explication de l'icône qui resterait esthétique ou rationnelle n'aurait pas de sens, car le contenu théologique révélé de l'icône - expérience humaine de la vie divine - n'est pas accessible à l'analyse scientifique.

Retour en haut de page

DIMANCHE DE L'ORTHODOXIE - vénération des saintes icônes

Au sujet du dimanche de l'Orthodoxie pour la vénération des saintes icônes, célébré le premier dimanche du grand Carême:

Extrait de la LETTRE PASTORALE DU SAINT-SYNODE DE L'ÉGLISE ORTHODOXE ROUMAINE,DIMANCHE DE L'ORTHODOXIE DE L'AN DE GRÂCE DU SEIGNEUR 2015

Les icônes témoignent, avec l'Evangile, le mystère de l'incarnation du Verbe éternel de Dieu: « Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.» (Jean 1 : 14). Si nous analysons les choses du point de vue de la théologie patristique, admirablement synthétisée par Saint Jean Damascène, l'incarnation du Fils et du Verbe de Dieu constitue le thème principal de la vénération des icônes. Saint Jean Damascène nous dit: « Nous ne commettons point de faute en représentant dans une icône le Dieu incarné, qui s'est montré sur terre, qui a pris chair et qui a habité parmi les hommes et qui, par son immense bonté, a pris la nature, la matérialité, la forme et la couleur du corps. »
Par son incarnation, notre Sauveur Jésus Christ nous a donné la possibilité et le droit de Lui peindre l'icône. Il ne s'agit pas d'une représentation de la nature divine ou de l'être divin, car ce dernier est purement spirituel. Il s'agit simplement d'une représentation des diverses formes sous lesquelles Dieu ou les anges se sont montrés dans le monde. Dans l'icône, notre Seigneur Jésus Christ est représenté en tant que Dieu-Homme et, comme nous l'enseigne Saint Jean Damascène: « Je peins le Dieu invisible, non pas comme un invisible, mais comme un Dieu qui s'est montré et a été vu parmi nous en ayant pris corps de chair et de sang. Je ne peins pas la divinité invisible, mais le corps vu de Dieu ; car, s'il est impossible de peindre l'âme, il est d'autant plus difficile de peindre Dieu qui a donné à l'âme sa nature immatérielle.»
Les saintes icônes sont pour nous, les chrétiens, de véritables « fenêtres vers le ciel », à travers lesquelles nous regardons vers Dieu et vers le monde invisible et à travers lesquelles Il regarde vers nous avec amour et bonté. A travers elles, nous recevons la joie de la vision spirituelle, nous voyons le ciel ouvert, ce même ciel que notre Sauveur nous a promis dans l'Evangile d'aujourd'hui : « vous verrez désormais le ciel ouvert » (Jean 1 : 51). L'ouverture du ciel donne à l'homme la possibilité de connaître Dieu et de gagner la sainteté, par la grâce du Saint Esprit, ainsi que la possibilité d'arriver à ressembler de plus en plus à Dieu.
Lire en entier ou télécharger la lettre

LETTRE PASTORALE DU SAINT-SYNODE DE L'EGLISE ORTHODOXE ROUMAINE POUR LE DIMANCHE DE L'ORTHODOXIE DE L'AN DU SEIGNEUR 2012
Au clergé bien-aimé, à la communauté monastique et aux fidèles orthodoxes du Patriarcat roumain

Grâce, miséricorde et paix de la part de Dieu le Père, du Fils et du saint Esprit, et, de notre part, bénédiction pontificale !
Très Révérends et Révérends Pères, bien-aimés fidèles,
La fête de ce jour, inscrite au calendrier sous le nom de Dimanche de l'Orthodoxie, a été fixée sous cette forme il y a 1169 ans quand, le 11 mars 843, a été rétablie sur ses fondements la vénération des saintes icônes. Le Dimanche de l'Orthodoxie, célébré depuis lors le premier dimanche du grand Carême, est le couronnement des luttes et des sacrifices supportés par les chrétiens pour la défense des saintes icônes, à l'époque des persécutions de l'empereur Léon II l'Isaurien et de ses successeurs (730-787 - première période iconoclaste et 813-843 - deuxième période iconoclaste).
A cette époque des milliers d'icônes furent arrachées, non seulement des murs des églises, mais également des maisons des chrétiens orthodoxes; elles furent brisées, humiliées et brûlées sur les places publiques. Et les défenseurs des saintes icônes furent emprisonnés, torturés, tués ou brûlés vifs, souffrant ainsi pour la vraie foi, qui est fondée sur la vénération des saintes icônes. Les persécuteurs des icônes n'acceptaient pas cette vérité que le Sauveur Jésus est simultanément Dieu et Homme, et ils affirmaient que la nature humaine a été complètement absorbée par la nature divine. Ils prétendaient que Dieu ne peut être présenté en image, puisqu'Il est un esprit qu'on ne peut voir.
L'Orthodoxie enseigne toutefois que le Fils de Dieu s'est rendu visible par son visage humain, c'est-à-dire que Jésus Christ est Dieu-Homme. Voilà pourquoi, en dépit de toutes les persécutions et les souffrances auxquelles ils furent soumis, les défenseurs des icônes ne cessèrent de montrer à tous la vérité contenue dans le saint Evangile selon Jean, où il est dit: "Philippe dit à Jésus: Seigneur, montre-nous le Père et cela nous suffit. Jésus lui dit: "Depuis si longtemps Je suis avec vous et tu ne me connais pas, Philippe? Celui qui m'a vu a vu le Père"(Jean, 14, 8-9).
Lire la suite ou télécharger la lettre

Retour en haut de page

LIVRES SUR L'ART ICONOGRAPHIQUE

Présentation de quelques livres choisis.

Le sens des icônes, par Léonide Ouspensky et Vladimir Lossky

couverture de livre Au fondement de la tradition iconographique, il y a l'Incarnation même de Dieu, selon l'enseignement du VIIe concile ocuménique. Dieu s'est fait humain pour la joie et la déification de l'homme. Cette " déification " est perceptible chez les saints. Les théologiens byzantins ont souvent considéré la vocation du peintre d'icône à parité avec celle du prêtre. Voué au service d'une réalité plus haute, il exerce sa profession comme un prêtre. La liturgie - l'" authenticité spirituelle " de l'icône, son pouvoir mystérieux, presque sacré, de convaincre - ne dépend pas seulement de l'observance rigoureuse des règles de l'art de l'icône, mais aussi de la ferveur du peintre. L'art dialogue ici avec l'ascèse spirituelle. En d'autres termes, tant du point de vue de celui qui la fait que de celui qui la regarde et la vénère, les enjeux de l'icône sont théologiques et théologaux. Théologiques parce que l'icône est un écho visuel de l'Incarnation, un relais, la prédication vivante de l'Eglise, une traduction en image de la connaissance théologique et spirituelle. Théologaux parce que cette connaissance ne peut rester lettre morte : le message de l'Evangile a un impact existentiel direct sur son destinataire. il vise à une transformation vitale, une entrée en sainteté. Le livre comporte une section sur la technique de la peinture de l'icône; elle précède la partie centrale de l'ouvrage où sont décrits les principaux types d'icône.
Aux éditions du Cerf (octobre 2003): présentation du livre

La théologie de l'icône dans l'Eglise orthodoxe par Léonide Ouspensky

couverture de livre La théologie de l'icône ne se limite pas à des considérations sur la transfiguration de la beauté ou la sacralisation de l'art. Elle fait partie de l'édifice global de la tradition orthodoxe. Un concile oecuménique, peu connu et mal reçu en Occident, a énoncé une série de canons dogmatiques qui situent l'icône dans le droit fil de l'Incarnation et de la manifestation du Verbe de Dieu dans notre chair. Ces canons ont été repris et développés dans des conciles locaux lorsque l'iconographie tendait à perdre ses liens organiques avec la théologie et la célébration liturgique.
Aux éditions du Cerf (mai 2003): présentation du livre

La Visitation dans l'art - Orient et Occident Ve-XVIe siècle, par Anne-Marie Velu - Préface de François Bospflug

couverture de livre
Visitation, Pelendri (Chypre), église Sainte-Croix,
XIVe siècle, avant 1375, fresque de la nef ©

Marie, à qui l'Ange a annoncé qu'elle concevra un fils, se hâte vers sa cousine Élisabeth, enceinte malgré son grand âge. Manuscrits enluminés, retables, icônes, peintures murales, mosaïques, vitraux, objets sculptés, ouvres-témoins de l'art chrétien en Occident et en Orient datées du Ve au XVIe siècle offrent autant de supports qui montrent les ventres miraculeusement ronds des deux femmes. Le trait saillant de cette iconographie est la visibilité des enfants à naître : Jésus et Jean Baptiste sont représentés dans ou devant le corps de leur mère.
Aux éditions du Cerf (juin 2012): présentation du livre

L'Icône Fenêtre sur le Royaume, par Michel Quenot - Préface de R.P. Boris Bobrinskoy

couverture de livre Admirable de simplicité et de concision, cet album lumineux invite à une découverte de l'art, de la technique et de la spiritualité de l'icône. Il ouvre une fenêtre sur le royaume divin par la symbolique et la beauté. Il rend accessible à tous son mystère pur et rayonnant.
Aux éditions du Cerf (novembre 2001): présentation du livre


Retour en haut de page

site: http://www.spiritualite-orthodoxe.net

Mentions légales