Spiritualité Orthodoxe

et la Jérusalem d'en Haut


Enseignements de Père Matta El-Maskine (Monastère de Saint Macaire), sur la Mère de Dieu et autres thèmes:
A lire en ligne

Retour à la page études

ICI


La Nativité de la Mère de Dieu dans la théologie orthodoxe: Et voici que l'ange du Seigneur vola vers elle, lui disant : "Anne, Dieu a entendu ta prière; tu concevras et tu enfanteras et ta race sera célèbre dans le monde entier." Proto-évangile de Jacques - IV

La Nativité de la Mère de Dieu

La nativité de la Vierge Marie est fêtée le 8 septembre.

Le proto-évangile de Jacques

La Nativité de la Mère de Dieu
Nativité de la Mère de Dieu - Collection Ourmenia

Le proto-évangile de Jacques relate la nativité de la Mère de Dieu et mentionne ses parents Joachim et Anne:
Et Joachim dit : « Je sais maintenant que le Seigneur m'a exaucé et qu'il m'a remis tous mes péchés. » Et il descendit justifié de la maison du Seigneur et il vint dans sa maison. Anne conçut et le neuvième mois elle enfanta et elle dit à la sage-femme : « Qu'ai-je enfanté? » et l'autre répondit : « Une fille. » Et Anne dit : « Mon âme s'est réjouie à cette heure. » Et Anne allaita son enfant et lui donna le nom de Marie.
Bien que cet Évangile ne soit pas entré dans le corpus du canon on y fait appel dans la liturgie au moment de la fête de la nativité.


La traduction française du proto-évangile de Jacques par Gustave Brumet est disponible sur le Site de Philippe Remacle

Extraits de l'ordo de la fête - Doyenné Orthodoxe Roumain de France

Tropaire de la fête,ton 4:

Par ta nativité, ô Mère de Dieu,
la joie fut révélée à tout l'univers.
De toi s'est levé le Soleil de justice,
le Christ notre Dieu : nous délivrant de la malédiction,
Il nous a valu la bénédiction et, terrassant la mort,
Il nous a fait don de l'éternelle vie.

Kondakion de la fête, ton 4 :

Joachim et Anne de l'humiliante stérilité, Adam et Eve de la mort et du tombeau, ensemble furent délivrés par ta naissance, ô Vierge immaculée ! Ton peuple en ce jour célèbre ta nativité, libéré, lui aussi, de l'esclavage du péché ; et il chante la Stérile qui enfante la Mère de Dieu, la Nourricière de notre Vie.

Extrait de "Vous tous qui avez soif", d'Alexandre Schmemann p.252, éditeur François-Xavier de Guibert, 2006

Regardons l'icône de cette fête (.). Nous voyons sur une couche une femme qui vient juste de mettre au monde une fille (.) Un événement totalement banal (.). Mais (.) par cette icône, l'Église ne veut-elle pas nous dire, avant tout, que dans le monde, dans la vie, la naissance d'un nouvel être humain est le 'miracle des miracles' (.) : l'apparition d'une nouvelle personne, à travers laquelle le monde se recrée, s'offre, se donne, pour ainsi dire, à cet être nouveau. (.). Enfin, nous commémorons tous ceux qui ont, en quelque sorte, préparé la venue de Marie, qui l'ont emplie de cette grâce et de cette beauté.

[On parle souvent] d'hérédité, en donnant à ce terme une signification de dépendance et de déterminisme. L'Église croit également à l'hérédité, mais spirituelle. Combien de générations d'êtres humains dotés d'une foi et d'une bonté immenses, vivant ce qui est sublime et céleste, a-t-il fallu pour que sur l'arbre de l'humanité pousse cette fleur merveilleuse et odorante : la Vierge très- pure et la Mère toute-sainte ! Pour cette raison, cette fête est également celle de l'humanité elle-même, de la foi en cette humanité, et de la joie qu'elle suscite.

Hélas, nous sommes plus sensibles à l'hérédité du mal. En effet, il règne tant de mal autour de nous que cette foi en l'homme, en sa liberté, en la possibilité d'une hérédité bonne et lumineuse s'est déjà dissipée en nous et s'est commuée en scepticisme, en méfiance. C'est justement ce scepticisme funeste, cette méfiance accablante que l'Église nous invite à rejeter loin de nous, le jour où elle célèbre, avec tant de joie et de foi, la naissance de cette enfant, dans laquelle s'est concentré le bien, la beauté morale, la perfection, qui constituent la véritable nature de l'homme. A travers elle, à travers cette fillette qui naît, et en elle, le monde accueille le Christ qui vient vers lui. Ce monde est l'offrande que nous lui apportons, notre communion avec Dieu.

Nous sommes désormais sur le chemin de la grotte de Bethléem, du mystère joyeux de la divine Maternité.

L'ordo du Doyenné Orthodoxe Roumain de France ( 2012 - mais les prières restent les mêmes d'une année à l'autre): cliquer


Retour à la page Etudes



site: http://www.spiritualite-orthodoxe.net

Mentions légales