Spiritualité Orthodoxe

et la Jérusalem d'en Haut


Retour vers la section Etudes

ICI


La parabole du fils prodigue 34ème dimanche après la pentecôte - homélie du Patriarche Daniel. Primat de l'Église Orthodoxe Roumaine.

La parabole du fils prodigue

Homélie de S.B. le Patriarche Daniel


L'Amour incommensurable du Père Céleste

Le Père dans cette parabole est l'image du Père Céleste miséricordieux doué d'un Amour incommensurable.

Il aurait semblé juste de punir ou de blâmer le fils prodigue. Mais la bonté de Dieu pardonne sans faire de reproche ou punir. Ainsi, cet amour miséricordieux illimité de Dieu récupère l'homme qui retourne à Dieu, la source de vie, peu importe la vie qu'il a vécu auparavant.

L'amour miséricordieux incommensurable de Dieu le Père nous montre que l'âme d'un homme qui a été retrouvé et s'est repenti, et qui revient à Dieu est plus précieuse que toutes les fortunes matérielles qu'il a gaspillées; que rien dans cette richesse mondaine ou matérielle ne peut avoir la valeur d'une âme sauvée, de cette âme qui a rétabli la communion d'amour et l'obéissance avec Dieu.

Le nouveau bon manteau ou le premier manteau sont le manteau de lumière que l'âme reçoit après qu'elle se soit repentie, après qu'elle ait prié pour être pardonnée pour ses péchés et qu'elle a été pardonnée. C'est le manteau qui supprime tous les sombres états de l'âme causés par les péchés.

Pardon du fils prodigue et besoin d'amélioration du fils obéissant

Le fils prodigue a réalisé la nature du monde et cette réalisation est la première étape du repentir. C'est une lucidité vis à vis de la conscience négative et des sentiments altérés de l'homme causés par le péché. Voici le point le plus important: le changement de la pensée passionnée et de la nature altérée par la décision de changer de vie et d'attitude vis à vis d'elle. Le péricope montre le regret pour la vie pécheresse et les conséquences des sentiments altérés causées par le péché (comme la pauvreté spirituelle et matérielle) ainsi que le désir d'amélioration et le souhait d'avouer ses péchés. L'évangile d'aujourd'hui est l'Évangile du repentir de l'homme mort dans le péché et perdu loin de Dieu par sa séparation d'avec Dieu.

La joie causée par le récupération du fils prodigue, sa résurrection de la mort dans le péché et son retour comme un membre de la famille a suscité la joie de son père et des serviteurs. Le fils aîné qui était dans le domaine entendant la musique et la danse est revenu et a demandé à un des serviteurs ce qui se passait. Celui-ci lui a dit que son frère était revenu et que son père avait commandé une fête, parce qu'il se réjouissait que son fils mort soit ressuscité; perdu, soit retrouvé. Le frère aîné, ou le fils aîné du père, s'est mis en colère et ne voulu pas entrer, parce qu'il lui semblait injuste envers lui qu'un homme pécheur, qui avait dévoré la propriété de son père avec les prostituées, puisse être pardonné au lieu d'être blâmé. Son père est sorti de la maison et a demandé au fils aîné d'entrer et lui a dit: «Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi; mais il fallait bien faire la fête et se réjouir, car ton frère que voici était mort, et il a repris vie; il était perdu, et il a été retrouvé!»

Ainsi, nous voyons que le frère aîné était d'une façon ou d'une autre jaloux. Ceci signifie que le fidèle de l'Église qui aime Dieu, est diligent et obéissant, bien souvent n'est pas assez miséricordieux et ne pardonne pas aux hommes qui reviennent à Dieu. Dans ce sens, nous pouvons dire que l'Évangile d'aujourd'hui est non seulement pour le pardon du fils prodigue parce qu'il s'est repenti, mais aussi pour l'amélioration du fils obéissant qui est resté à la maison. Le père lui recommande vivement d'être non seulement diligent et obéissant, mais aussi miséricordieux et de pardonner.

Les cadeaux du Père, symboles spirituels

Les cadeaux offerts par le Père dans l'Évangile sont des symboles ayant une signification spirituelle spéciale liée au saint sacrement du repentir ou de la Confession:

La forme de l'anneau mis au doigt signifie l'amour ininterrompu, non diminué et inchangé de Dieu. L'anneau d'or signifie donc la grâce de la re-adoption de l'homme qui ayant péché après le baptême est revenu par le repentir parce que le péché l'aliénait, tandis que le repentir, le pardon et la grâce de Dieu re-adoptent l'homme dans l'amour ininterrompu, non diminué et inchangé de Dieu.

Selon l'interprétation du Saint-Père, les nouvelles chaussures signifient le pouvoir de la grâce donnée pour aider l'homme à marcher sur les épines des nombreuses tentations et sa capacité présente en conséquence de la grâce reçue par le mystère de repentir de marcher droit sur le chemin du salut, pas en rond sur des chemins de traverse. Ainsi, les nouvelles chaussures correspondent à l'aide de Dieu pour surmonter les tentations et la lumière de Dieu, aussi bien que le renforcement de la volonté pour suivre la voie de salut.

Le veau gras signifie le sacrement de la sainte Eucharistie. C'est pourquoi après la confession et le repentir, on peut goûter le Corps et le Sang du Seigneur. Ce riche dîner est un avant-goût du dîner dans le Royaume de Dieu, le dîner que Dieu offre généreusement à ceux qui lui sont revenus, même s'ils avaient pris l'habitude d'être des pécheurs, car ils ont accompli Sa volonté ensuite. C'est pourquoi Jésus Christ, notre Sauveur, dit que "c'est une grande joie dans les Cieux quand un pécheur revient à Dieu".

L'évangile d'aujourd'hui exhorte au repentir pendant toute la période du triode et pour toute notre vie, se repentir plus souvent, avouer ses péchés plus souvent et faire pardonner ses péchés plus souvent pour participer plus souvent à la sainte communion avec le Corps et le Sang du Seigneur. Ainsi, plus souvent on se prépare pour avoir la sainte Eucharistie plus souvent on peut communier.

Puisse Dieu nous aider à comprendre que l'amour charitable paternel de Dieu le Père est dans l'Église du Christ comme la joie du pardon lors la récupération de l'homme pécheur et qu'il est relevé de son état de chute, pour son illumination depuis l'état d'obscurité et sa rédemption par Dieu qui réunit dans Sa maison paternelle tout les justes aussi bien que les pécheurs qui se sont repentis et ont été re-adoptés par l'amour de la Très Sainte Trinité! Amen

Par le Primat de l'Église Orthodoxe roumaine, le Patriarche Daniel, 3 mars 2013. Traduit de l'anglais au français par Spiritualité Orthodoxe © .

La parabole du fils perdu et retrouvé
11 Il dit encore : Un homme avait deux fils.
12 Le plus jeune dit à son père: «Père, donne-moi la part de fortune qui doit me revenir.» Le père partagea son bien entre eux.
13 Peu de jours après, le plus jeune fils convertit en argent tout ce qu'il avait et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en vivant dans la débauche.
14 Lorsqu'il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à manquer de tout.
15 Il se mit au service d'un des citoyens de ce pays, qui l'envoya dans ses champs pour y faire paître les cochons.
16 Il aurait bien désiré se rassasier des caroubes que mangeaient les cochons, mais personne ne lui en donnait.
17 Rentré en lui-même, il se dit: «Combien d'employés, chez mon père, ont du pain de reste, alors que moi, ici, je meurs de faim?
18 Je vais partir, j'irai chez mon père et je lui dirai : "Père, j'ai péché contre le ciel et envers toi;
19 je ne suis plus digne d'être appelé ton fils; traite-moi comme l'un de tes employés."»
20 Il partit pour rentrer chez son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému ; il courut se jeter à son cou et l'embrassa.
21 Le fils lui dit : « Père, j'ai péché contre le ciel et envers toi, je ne suis plus digne d'être appelé ton fils.»
22 Mais le père dit à ses esclaves: «Apportez vite la plus belle robe et mettez-la-lui; mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds.
23 Amenez le veau engraissé et abattez-le. Mangeons, faisons la fête,
24 car mon fils que voici était mort, et il a repris vie; il était perdu, et il a été retrouvé!» Et ils commencèrent à faire la fête.
25 Or le fils aîné était aux champs. Lorsqu'il revint et s'approcha de la maison, il entendit de la musique et des danses.
26 Il appela un des serviteurs pour lui demander ce qui se passait.
27 Ce dernier lui dit: «Ton frère est de retour, et parce qu'il lui a été rendu en bonne santé, ton père a abattu le veau engraissé.»
28 Mais il se mit en colère; il ne voulait pas entrer. Son père sortit le supplier.
29 Alors il répondit à son père: «Il y a tant d'années que je travaille pour toi comme un esclave, jamais je n'ai désobéi à tes commandements, et jamais tu ne m'as donné un chevreau pour que je fasse la fête avec mes amis!
30 Mais quand ton fils que voici est arrivé, lui qui a dévoré ton bien avec des prostituées, pour lui tu as abattu le veau engraissé!»
31 Le père lui dit: «Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi;
32 mais il fallait bien faire la fête et se réjouir, car ton frère que voici était mort, et il a repris vie; il était perdu, et il a été retrouvé!»


Retour en haut de page



site: http://www.spiritualite-orthodoxe.net

Mentions légales