Spiritualité Orthodoxe

et la Jérusalem d'en Haut


Retour vers la section Etudes

ICI


La Parabole des talents - Matthieu 25:14-30 - Se préparer dans cette vie au jugement du Christ quand Il fera les comptes avec nous, pour les dons reçus de Dieu. 16ème dimanche après la pentecôte - homélie orthodoxe du Patriarche Daniel. Primat de l'Église Orthodoxe Roumaine.

La parabole des talents de notre Seigneur Jésus-Christ

par S.B. Patriarche Daniel

SB Daniel
SB le Patriarche Daniel - Patriarcat de Roumanie ©

Aujourd'hui, le 10 février 2013, le 16ème dimanche après la Pentecôte, le passage de l'Évangile sur "la Parabole des talents (ou la Multiplication des sacs d'or) a été lu dans toutes les églises.
Le péricope évangélique de Matthieu 25:14-30 nous présente un homme qui avant de partir en voyage appelle ses serviteurs et leur donne la responsabilité de sa propriété. Il a donné cinq sacs d'or à un serviteur, deux sacs d'or à un autre et un sac encore à un autre, selon leurs capacités; puis il est parti. Celui qui a reçu cinq sacs d'or les a fait fructifier et a gagné cinq autres sacs d'or. Le deuxième a aussi gagné deux autres sacs d'or. Celui qui a reçu un sac l'a pris, a creusé un trou dans la terre et a caché l'argent de son maître.
Longtemps après le maître est revenu et a fait les comptes avec ses serviteurs. Il a récompensé ceux qui ont multiplié les sacs d'or et a puni le serviteur qui avait enterré le sac d'or.

Une occasion de communion avec autrui

image
Saint hiéromoine Charalampos- fêté le 10 février

Cet Évangile nous montre que nous devons nous préparer pendant cette vie à répondre au jugement du Christ quand Il fera les comptes avec nous, pour les dons reçus de Dieu. Nous pouvons multiplier les dons reçus de Dieu par la dévotion et l'aide apportée aux autres, parce que Dieu donne des dons pour qu'ils soient une occasion de communion, de coopération, de responsabilité partagée et de joie. Nous remarquons en particulier, le fait que Jésus Christ, notre Seigneur, souligne le principe de proportionnalité en distribuant les dons ou les qualités selon les capacités de chaque homme.
On voit cette proportionnalité dans le fait que celui qui a reçu cinq sacs d'or les a doublés et en a produit dix. Celui qui en a reçu deux en a produit quatre. Ils ont donc multiplié les sacs d'or conformément à ce qu'ils ont reçu mais par contre ils reçoivent la même récompense: "entre dans la joie de ton maître ". Autrement dit, la proportionnalité dans la multiplication des sacs d'or aboutit à la reconnaissance du mérite, de la diligence et de la générosité de ceux qui ont multiplié les sacs d'or. .

Dieu ne demande pas à l'homme plus qu'il ne peut donner

image
Spiritualité Orthodoxe ©

Cette multiplication des sacs d'or est un travail dans lequel Dieu ne demande pas à l'homme plus qu'il ne peut donner, ni de faire quelque chose qui serait au-delà de ses capacités; si l'homme multiplie les sacs d'or avec dévotion et diligence, il reçoit la joie de la communion avec Dieu.
"Tu as été digne de confiance pour une petite affaire," signifie: "vous avez multipliés les dons au cours de cette vie sur terre"; et "je te confierai de grandes responsabilités  "signifie: "vous recevrez beaucoup de dons dans le Royaume de Dieu", parce qu'au cours de cette vie terrestre vous avez multiplié les dons reçus de Dieu.
Ainsi il est clair que Dieu dans sa sagesse accorde la joie à l'homme dont le travail est fructueux, à savoir celui qui a fait fructifier les dons reçus en développant ses qualités pour le bien de beaucoup.

La joie de recevoir de celui qui donne avec joie

La joie de celui qui a multiplié les sacs d'or est cette joie que l'on ressent en faisant le bien d'autrui. D'un autre côté, la plus belle des joies que l'on peut recevoir est celle que l'on reçoit de l'homme altruiste, qui donne avec joie.
Par exemple, c'est une joie pour Dieu et pour les gens quand un professeur ou un professionnel de qualité forme de bons élèves ou des étudiants qui seront de bons professionnels bénéfiques plus tard pour toute la société. Cette joie est prolongée au-delà de la mort du professeur. Le professeur Teodor M. Popescu (professeur de théologie roumain, 1893-1973) a dit une parole pleine de sens: "Je ne mourrai pas quand j'irai dans ma tombe, mais quand mon dernier disciple ne sera plus, car le professeur continue à vivre par ses disciples". Cette joie bénie, de la multiplication des sacs d'or, de génération en génération, c'est ce qui crée une civilisation, un peuple digne, un peuple qui multiplie les talents de Dieu, qui glorifie Dieu tout en étant source de joie pour autrui.

Les gens bons se réjouissent des compétences des autres

Un des nombreux dons que peuvent posséder les gens est de se réjouir des talents des autres personnes. En général, l'homme égoïste envie ceux qui ont des qualités ou beaucoup de dons. Mais l'homme spirituel aime les dons des autres personnes parce qu'ils sont utiles pour la communauté entière. Se réjouir des qualités des autres est une joie sainte.

Les gens bons se réjouissent quand ils voient qu'il y a beaucoup de compétences dans une communauté et que beaucoup de ses enfants étudient bien à l'école, sont obéissants ou vont à l'église; plus il y a de dons cultivés dans une communauté, plus grande est la joie de cette communauté, quelle qu'elle soit. Les dons multipliés accroissent la dignité d'une communauté grâce aux personnes talentueuses qui cultivent leurs compétences avec beaucoup d'efforts et de dévotion.
Ainsi, se réjouir des dons des autres personnes est une joie sainte. C'est une joie qui voit un présent de Dieu dans les talents que les gens reçoivent à cultiver; elle ressent aussi la présence de la grâce dans les gens diligents et généreux. Les mauvaises personnes paresseuses causent beaucoup de tristesse à une communauté, tandis que les personnes généreuses et diligentes sont source de beaucoup de joie.

L'Évangile du 16ème dimanche après la Pentecôte recommande donc vivement au peuple d'être généreux, particulièrement les riches; et les appelle tous à multiplier les sacs d'or ou leurs propres qualités, afin de ressentir la joie que le Christ, notre Seigneur, donne aux gens diligents et généreux.

Par le Primat de l'Église Orthodoxe roumaine, le Patriarche Daniel, 10 février 2013. © Traduit de l'anglais au français par Spiritualité Orthodoxe © .

Evangile du dimanche: Matthieu 25:14-30

La parabole des talents
14 Il en sera comme d'un homme qui, sur le point de partir en voyage, appela ses esclaves et leur confia ses biens.
15 Il donna cinq talents à l'un, deux à l'autre, et un au troisième, à chacun selon ses capacités, et il partit en voyage. Aussitôt
16 celui qui avait reçu les cinq talents s'en alla les faire valoir et en gagna cinq autres.
17 De même, celui qui avait reçu les deux talents en gagna deux autres.
18 Celui qui n'en avait reçu qu'un alla faire un trou dans la terre et cacha l'argent de son maître.
19 Longtemps après, le maître de ces esclaves arrive et leur fait rendre compte.
20 Celui qui avait reçu les cinq talents vint apporter cinq autres talents et dit : Maître, tu m'avais confié cinq talents ; en voici cinq autres que j'ai gagnés.
21 Son maître lui dit : C'est bien ! Tu es un bon esclave, digne de confiance ! Tu as été digne de confiance pour une petite affaire, je te confierai de grandes responsabilités ; entre dans la joie de ton maître.
22 Celui qui avait reçu les deux talents vint aussi et dit : Maître, tu m'avais confié deux talents, en voici deux autres que j'ai gagnés.
23 Son maître lui dit : C'est bien ! Tu es un bon esclave, digne de confiance ! Tu as été digne de confiance pour une petite affaire, je te confierai de grandes responsabilités ; entre dans la joie de ton maître.
24 Celui qui n'avait reçu qu'un talent vint ensuite et dit : Maître, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes où tu n'as pas semé, et tu récoltes où tu n'as pas répandu ;
25 j'ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre : le voici ; prends ce qui est à toi.
26 Son maître lui répondit : Esclave mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne où je n'ai pas semé et que je récolte où je n'ai pas répandu?
27 Alors tu aurais dû placer mon argent chez les banquiers, et à mon arrivée j'aurais récupéré ce qui est à moi avec un intérêt.
28 Enlevez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents.
29 - Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on enlèvera même ce qu'il a. -
30 Et l'esclave inutile, chassez-le dans les ténèbres du dehors ; c'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents.



site: http://www.spiritualite-orthodoxe.net

Mentions légales