Spiritualité Orthodoxe

et la Jérusalem d'en Haut


On peut lire aussi l'enseignement sur la Nativité de Jésus-Christ:
Le texte sur notre site


Les mages d'Orient, ou trois rois mages: leur origine et le symbolisme de leurs offrandes à l'Enfant Jésus-Christ, or, encens et myrrhe.

Le symbolisme des mages d'Orient et de leurs cadeaux
Or, encens et myrrhe

Lire l'épisode concernant les Mages d'Orient dans l'Evangile: péricope évangélique Matthieu 2:1-12

Quand ils ont vu l'Enfant en bas âge et Sa mère, les mages d'Orient μάγοι ἀπὸ ἀνατολῶν (qui étaient trois hommes sages ou trois rois, selon la tradition Note) se sont courbés jusqu'au sol, devant l'Enfant Jésus. C'est-à-dire qu'ils se sont prosternés avec le sentiment qu'Il était un empereur, bien qu'Il fut enveloppé de langes.

De manière très significative après s'être prosternés, ils ont offert à l'Enfant des cadeaux royaux emplis de signification spirituelle: or, encens et myrrhe.
L'or se rapporte à la qualité de l'Enfant en tant qu'Empereur (ou Roi). Il est l'Empereur Éternel.
L'encens montre qu'Il est le Grand prêtre ou le Hiérarque Éternel, servant Dieu dans le Ciel et sur la terre.
Tandis que la myrrhe, traditionnellement utilisée pour embaumer les morts, était le signe de la mort aussi bien que celui du désir de victoire sur la décomposition du corps, causée par la mort. La myrrhe nous annonce donc, qu'adulte, Jésus-Christ passera par la mort et vaincra la mort par la Résurrection.

La visite des Mages d'Orient
Détail d'Icône de la collection Ourmedia ©

Quant à l'étoile qui a guidé les mages d'Orient, elle montre que le sens suprême de l'univers entier est le Christ, notre Seigneur, qui est venu dans le monde pour délivrer les hommes du péché et de la mort. Lui qui est sans péché et vainqueur de la mort.

Les mages d'Orient annoncent aussi la réunion des peuples dans l'Église du Christ, et le fait qu'en examinant l'univers avec beaucoup d'attention, toutes les recherches confirment que le monde n'est pas un hasard, mais un langage sans mots, de Dieu à l'homme. Les présents que les mages apportent évoquent le fait que l'univers entier est un présent de Dieu et qu'on y répond par des présents.

De surcroît, à travers les mages, la fête de la Nativité du Seigneur nous appelle à la communion. Communion qui est concrétisée par des cadeaux offerts à nos semblables . Si nous n'avons rien de matériel ou de précieux à donner, nous pouvons offrir une prière pour le salut et la bonne santé des êtres qui nous sont chers et de ceux pour qui personne ne prie.
Nous pouvons aussi offrir quelques paroles réconfortantes ou aider ceux qui en ont besoin. Toutefois, le plus grand des présents est le désir que chaque homme atteigne le salut.

La visite des Mages d'Orient
Détail d'Icône de la collection Ourmedia ©

Les cadeaux des mages se rapportent encore à un autre symbolisme.
L'Encens représente les prières de l'Église durant les siècles et dans tous les lieux de culte, dans lesquels les prières sont dites pour Dieu.
Tandis que la myrrhe représente le mystère du crucifiement de l'égoïsme, le passage par la mort. En effet, quand nous sommes baptisés au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, nous sommes baptisés dans la mort et la résurrection de Christ et nous attendons la résurrection universelle. Ainsi, la myrrhe symbolise pour nous, Chrétiens, la mort aux péchés et la résurrection à la Vie éternelle (grec: zoé).

L'Évangile mentionne aussi l'attitude des mages.
Leur humilité: ils se prosterne à terre devant l'Enfant Jésus.
Leur générosité: ils Lui offre des présents.
Enfin, leur joie. Pourquoi l'Évangile du jour mentionne que les mages d'Orient étaient très heureux, quand ils ont vu l'Enfant et Sa mère? C'est parce qu'il veut nous enseigner que notre rencontre avec Dieu, en Son Église, nous apporte une grande joie. En effet, en réponse à tous nos présents et à notre foi, Dieu donne une grande joie à ceux qui l'aiment et l'honorent - pour la gloire de Dieu et pour notre salut.

Réalisé d'après l'homélie du Patriarche Daniel, à la fête de la Nativité de Jésus-Christ, au Patriarcat roumain, le 25 décembre 2015.


***

Notes de bas de page:

Retour au texte.

Evangile de Matthieu 2,12

Τοῦ δὲ Ἰησοῦ γεννηθέντος ἐν Βηθλέεμ τῆς Ἰουδαίας ἐν ἡμέραις Ἡρῴδου τοῦ βασιλέως, ἰδοὺ μάγοι ἀπὸ ἀνατολῶν παρεγένοντο εἰς Ἱεροσόλυμα
1. Jésus étant né à Bethléhem en Judée, au temps du roi Hérode, voici des mages d'Orient arrivèrent à Jérusalem,

λέγοντες, Ποῦ ἐστιν ὁ τεχθεὶς βασιλεὺς τῶν Ἰουδαίων; εἴδομεν γὰρ αὐτοῦ τὸν ἀστέρα ἐν τῇ ἀνατολῇ καὶ ἤλθομεν προσκυνῆσαι αὐτῷ.
2. et dirent : Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l'adorer.

ἀκούσας δὲ ὁ βασιλεὺς Ἡρῴδης ἐταράχθη καὶ πᾶσα Ἱεροσόλυμα μετ’ αὐτοῦ,
3. Le roi Hérode, ayant appris cela, fut troublé, et tout Jérusalem avec lui.

καὶ συναγαγὼν πάντας τοὺς ἀρχιερεῖς καὶ γραμματεῖς τοῦ λαοῦ ἐπυνθάνετο παρ’ αὐτῶν ποῦ ὁ Χριστὸς γεννᾶται.
4. Il assembla tous les principaux sacrificateurs et les scribes du peuple, et il s'informa auprès d'eux où devait naître le Christ.

οἱ δὲ εἶπαν αὐτῷ, Ἐν Βηθλέεμ τῆς Ἰουδαίας· οὕτως γὰρ γέγραπται διὰ τοῦ προφήτου·
5. Ils lui dirent : A Bethléhem en Judée ; car voici ce qui a été écrit par le prophète :

Καὶ σύ, Βηθλέεμ γῆ Ἰούδα, οὐδαμῶς ἐλαχίστη εἶ ἐν τοῖς ἡγεμόσιν Ἰούδα· ἐκ σοῦ γὰρ ἐξελεύσεται ἡγούμενος, ὅστις ποιμανεῖ τὸν λαόν μου τὸν Ἰσραήλ.
6. Et toi, Bethléhem, terre de Juda, Tu n'es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, Car de toi sortira un chef Qui paîtra Israël, mon peuple.

ότε Ἡρῴδης λάθρᾳ καλέσας τοὺς μάγους ἠκρίβωσεν παρ’ αὐτῶν τὸν χρόνον τοῦ φαινομένου ἀστέρος,
7. Alors Hérode fit appeler en secret les mages, et s'enquit soigneusement auprès d'eux depuis combien de temps l'étoile brillait.

καὶ πέμψας αὐτοὺς εἰς Βηθλέεμ εἶπεν, Πορευθέντες ἐξετάσατε ἀκριβῶς περὶ τοῦ παιδίου· ἐπὰν δὲ εὕρητε ἀπαγγείλατέ μοι, ὅπως κἀγὼ ἐλθὼν προσκυνήσω αὐτῷ.
8. Puis il les envoya à Bethléhem, en disant : Allez, et prenez des informations exactes sur le petit enfant ; quand vous l'aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j'aille aussi moi-même l'adorer.

οἱ δὲ ἀκούσαντες τοῦ βασιλέως ἐπορεύθησαν, καὶ ἰδοὺ ὁ ἀστὴρ ὃν εἶδον ἐν τῇ ἀνατολῇ προῆγεν αὐτοὺς ἕως ἐλθὼν ἐστάθη ἐπάνω οὗ ἦν τὸ παιδίον.
9. Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici, l'étoile qu'ils avaient vue en Orient marchait devant eux jusqu'à ce qu'étant arrivée au-dessus du lieu où était le petit enfant, elle s'arrêta.

ἰδόντες δὲ τὸν ἀστέρα ἐχάρησαν χαρὰν μεγάλην σφόδρα.
10. Quand ils aperçurent l'étoile, ils furent saisis d'une très grande joie.

καὶ ἐλθόντες εἰς τὴν οἰκίαν εἶδον τὸ παιδίον μετὰ Μαρίας τῆς μητρὸς αὐτοῦ, καὶ πεσόντες προσεκύνησαν αὐτῷ, καὶ ἀνοίξαντες τοὺς θησαυροὺς αὐτῶν προσήνεγκαν αὐτῷ δῶρα, χρυσὸν καὶ λίβανον καὶ σμύρναν.
11. Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l'adorèrent ; ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe.

καὶ χρηματισθέντες κατ’ ὄναρ μὴ ἀνακάμψαι πρὸς Ἡρῴδην, δι’ ἄλλης ὁδοῦ ἀνεχώρησαν εἰς τὴν χώραν αὐτῶν.
12. Puis, divinement avertis en songe de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.


Retour en haut de page

site: http://www.spiritualite-orthodoxe.net

Mentions légales