La Célébration de la Pentecôte 

Par Père Matta El-Maskine

Monastère de Saint Macaire Le Grand

fresque de la pentecôte

Fresque de la pentecôte - Spiritualité Orthodoxe ©

 

Actes 2:2.1 "Tout à coup, il vint du ciel un bruit comme celui d'un violent coup de vent, qui remplit toute la maison où ils étaient assis. "

L'Esprit saint se présente lui-même venant des Cieux. C'est le premier signe (σημεῖον) de sa manifestation. Ce signe exprime la nature particulière de l'Esprit en accord avec les paroles du Seigneur: "Le vent (πνεῦμα pneuma - Esprit) souffle où il veut ; tu l'entends, mais tu ne sais pas d'où il vient ni où il va. Il en est ainsi de quiconque est né de l'Esprit." Jean 3:8.

Ainsi les concepts Esprit et vent sont exprimés par le même mot, accroissant la compréhension de ce qu'est la nature de l'Esprit saint. Dans la langue arabe la relation est évidente: "rooh et reeh" mais en grec il n'y a qu'un seul mot "pneuma" pour esprit et vent; et de lui dérive la forme πνοῆς mentionnée ci-dessus. Le mot pneuma est aussi employé dans le livre d'Ezéchiel dans un verset qui lie également l'action de l'Esprit et celle du vent: "Il me dit : Parle en prophète sur le souffle (πνεῦμα), parle en prophète, humain ! Tu diras au souffle : Ainsi parle le Seigneur Dieu: Viens des quatre vents, ô souffle ! Souffle sur ces tués, et qu'ils revivent !" Ez 37:9. Le lecteur notera la corrélation qui est faite entre l'Esprit et le vent, par l'entremise des mots "souffle" employés pour l'Esprit comme s'il s'agissait du vent.

 

"Il vint du ciel un bruit comme celui d'un violent coup de vent, qui remplit toute la maison"

Le lecteur doit comprendre qu'il ne s'agit pas d'un simple vent, un courant d'air ou n'importe quel autre mouvement naturel mais un son venant des Cieux. Un bruit qui emplit la maison entière: ce qui signifie qu'il était entendu comme venant des Cieux par tous ceux qui étaient présents. Il est fort probable que ce n'était pas un son ordinaire pouvant être perçu par l'oreille physique mais par celle spirituelle préparée à entendre l'Esprit et ses mouvements intérieurs. Saint Éphrem le Syrien dit qu'il remplit la maison d'un agréable parfum. Bien sûr ce parfum est destiné à ceux qui aspirent l'Esprit saint et le reconnaissent. Le son ou le parfum qui emplit l'être humain n'est pas nécessairement le même pour tous. De surcroît, ils ne sont pas d'indispensables critères qui feraient que l'Esprit Saint ne viendrait qu'avec eux et se retirerait dès lors qu'ils disparaitraient.

Le Saint-Esprit voulait cependant se révéler, révéler son existence. Il afflua dans les âmes humaines et prit possession de leurs sens afin d'attester la réalité de son existence et la véracité de son action en vue d'affermir leur foi et leur attachement à sa présence. Cela est rendu évident par l'expression "tout à coup", ce qui veut dire qu'il n'est pas allé d'une pièce à l'autre mais a déferlé d'en haut, emplissant tout à l'instant, pour que tous ressentent la visite venant des Cieux. Malgré la sensation prodigieuse qu'ils éprouvèrent de sa présence, avec le bruit, et la surprise, ils n'en furent pas pour autant pris de crainte ni d'effroi, car ils étaient établis dans une prière profonde; prière qui avait duré dix jours dans le plus haut degré de recueillement et d'attente.

pentecote detail de fresque

"qui remplit toute la maison"

C'est la première fois que nous entendons dire que l'Esprit Saint remplit un lieu. Cet endroit est celui où le Seigneur avait rencontré ses disciples et bien-aimés lors des précédentes fêtes de la Pentecôte. Aujourd'hui l'Esprit Saint le consacre en présence des mêmes disciples et de ceux nombreux qui étaient venus pour participer aux prières de cette fête, (pour lesquelles ils avaient jeûné jusqu'à ce qu'elles se terminent à dix heure du matin) et partager ensemble les agapes.

A ce moment, la maison et tout le monde, de même que la nourriture, furent consacrés. Et voici l'Église en plénitude avec le Seigneur en son centre, selon ses promesses: "Car là où deux ou trois sont rassemblés pour mon nom, je suis au milieu d'eux. " Mat 18:20. "Quant à moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde." Mat 28:20.

 

Acte 2:3. "Des langues leur apparurent, qui semblaient de feu et qui se séparaient les unes des autres ; il s'en posa sur chacun d'eux."

Voici le deuxième signe (σημεῖον). Les manifestations de l'Esprit Saint, vent et feu, sont ainsi parachevées. Alors que le vent révèle la nature transparente de l'Esprit Saint: "Le vent souffle où il veut ; tu l'entends, mais tu ne sais pas d'où il vient ni où il va. Il en est ainsi de quiconque est né de l'Esprit." Jean 3:8. Le bruit violent exprime la descente du Saint-Esprit qui vient réaliser sa dangereuse mission, il est suivit de flammes qui révèlent la nature de l'Esprit et celle de cette mission qu'il doit accomplir en tant qu'Esprit qui embrase et purifie: "Je suis venu mettre un feu sur la terre ; comme je voudrais qu'il soit déjà allumé ! " Luc 12:49.

Ces deux ensemble constituent la plénitude de la forme et de l'objet de la promesse du Seigneur, disant à ses disciples qu'ils seraient baptisés par le Saint-Esprit (Act 1:5) et comme l'avait dit Jean Baptiste: "Lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et le feu. ". Luc 3:16. Dans les Actes on ne nous dit pas des "langues de feu" mais "qui semblaient de feu - γλῶσσαι ὡσεὶ πυρός", car elles en avaient l'aspect mais n'en avaient pas la propriété naturelle brûlante. "Car notre Dieu est aussi un feu dévorant." Hé 12:29. C'est à dire dévorant les péchés et tout ce qui s'oppose à Dieu, à sa bonté, dsa sainteté et sa vertu, et qui dès lors n'existeront plus grâce à la nature bonne, sainte et vertueuse de Dieu. L'action du feu divin est positive, elle consume ce qui est négatif pour accroître ce qui est positif: la bonté, la sainteté, la vérité et la justice.

Quand le texte dit: "il s'en posa sur chacun d'eux (c'est à dire sur les Douze)" , cela signifie que l'Esprit de feu s'est posé sur leur être apostolique pour le transformer en un être de sainteté: "vous êtes le sanctuaire de Dieu, et ... l'Esprit de Dieu habite en vous" 1Cor. 3:16. Ceci afin d'agir en eux et avec eux tout à la fois! Puisqu'il dit plus loin non pas qu'il vint en eux mais qu'il remplit chacun d'eux! L'Esprit saint remplit en s'emparant de tout l'être humain pour qu'il devienne être de Dieu, Corps du Christ! Le fait d'être empli constitue l'union entre l'être Divin et l'être humain. De là vient la glossolalie, parole de l'homme mais aussi de l'Esprit, un acte à la fois Divin et humain, un miracle divino-humain.

De cette façon les disciples ont reçu le baptême, la purification et la sanctification par l'action du Seigneur, invisiblement présent, et par celle de son Saint-Esprit.

L'Église a pris naissance dans la personne des Douze: être divin unique, Corps divin doté de membres. Quand l'Esprit saint est descendu sur la Vierge, la puissance du Très-Haut la couvrit afin que l'être saint qui devait naître d'elle fut appelé "Fils unique de Dieu". De même le Christ - comme le dit Saint Paul - se fiança à une vierge pure et descendit sur elle avec son Esprit Saint lui conférant la puissance d'en haut. D'elle est né son peuple sanctifié et racheté, son Église Catholique2 et Apostolique, Église du Dieu vivant. Quand le Christ fut baptisé dans le fleuve, l'Esprit saint se posa sur lui sous la forme d'une colombe signifiant l'action et la mission de la colombe de Noé, une messagère de paix sur terre après le Déluge, telle fut l'Église baptisée par l'Esprit Saint. Les langues de l'Esprit apparurent comme un feu qui se divisa et se posa sur chacun d'eux indiquant la descente de l'Esprit qui les sanctifia, les purifia et agit à travers eux.

A ce stade il nous faut souligner que ce ne sont ni le vent, ni les langues ni le feu en soi qui nous importent, le sujet de notre intérêt est l'Esprit Saint. Tous ceux-ci sont des signes qui attestent son existence et son action, non comme étant de sa nature propre, mais comme expressions de sa nature invisible.

 

Actes 2:4: "Ils furent tous remplis d'Esprit Saint et se mirent à parler en d'autres langues, selon ce que l'Esprit leur donnait d'énoncer."

Ce verset présente un nouvel aspect de l'action de l'Esprit Saint, qui est l'effusion3 immédiate de l'Esprit et la capacité conférée par Lui à une personne de s'exprimer soit en une langue connue d'elle, soit en une langue qu'elle ne connaît pas. Ce dernier cas étant une preuve de l'action de Dieu, c'est à dire un miracle qui correspond à la mission primordiale des disciples, qui consiste à enseigner au monde dans ses diverses langues. Il existe des exemples du premier cas: "Alors Pierre, rempli d'Esprit Saint, leur dit : Chefs du peuple et anciens, " Actes 4:8 et dans le même chapitre: "Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient rassemblés trembla ; ils furent tous remplis de l'Esprit saint : ils disaient la parole de Dieu avec assurance. " ou encore: "Alors Saul (qu'on appelle aussi Paul), rempli d'Esprit Saint, le fixa et dit... Maintenant, la main du Seigneur est sur toi : tu seras aveugle" Actes 13:9-11. Il existe encore des cas de glossolalie, c'est-à-dire où le prédicateur s'exprime en une langue autre que la sienne. Nous en verrons plus loin.

 

"Ils furent tous remplis d'Esprit Saint "

Tout d'abord, il faut savoir qu'il y a une effusion de l'Esprit Saint qui se produit une seule fois au baptême et une autre qui se produit ensuite à chaque fois que l'Esprit Saint le désire et que le prédicateur en a besoin. La première au moment du baptême est une consécration du temple humain pour que l'Esprit y vive et y demeure: "Ne savez-vous pas que vous êtes le sanctuaire de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ?" 1Cor. 3;16. Elle nous rend dignes de communier avec l'Esprit Saint et le Christ et par conséquent de devenir membres de son Corps. Quant à l'effusion réitérée, elle est une visite inattendue de l'Esprit Saint qui se produit à l'occasion d'une mission particulière dont Dieu charge le prédicateur pour qu'il proclame la vérité de Dieu et rende témoignage au Christ.

La descente de l'Esprit saint sur les prophètes et les rois qui se produisait dans les temps anciens, alors qu'il pouvait quitter la personne sur lequel il était descendu, diffère de celle du Nouveau Testament. Celle-ci est intérieure. On y reçoit la plénitude de l'Esprit Saint (Eph 5:18), mais on peut aussi l'attrister (Eph 4:30) ou même l'éteindre (1Th 5:19). Quant à celui qui "outrage l'Esprit de la grâce (Heb 10:29), il perd le salut et s'expose à une perdition éternelle.

Parler en langues ou dans une langue étrangère présente plusieurs aspects. Dans le livre des Actes des Apôtres se trouve mentionnés des exemples évidents et des plus efficaces, quand un apôtre parle une langue qui lui est inconnue ou prononce des mots dépassant sa volonté. C'est une manifestation évidente de la présence de l'Esprit Saint, de son action et de sa forte participation au témoignage rendu au Christ. Cela a été prédit par le Christ dans l'Évangile selon Saint Jean: " Quand viendra le Consolateur, celui que, moi, je vous enverrai... c'est lui qui me rendra témoignage ; et vous aussi, vous rendrez témoignage (simultanément)... " Jean 15:6,27.

Il existe aussi une glossolalie qui nécessite un interprète, comme il est dit dans 1Cor 14:27-28.4 Il y en a une autre où personne ne comprend, pas même ceux qui parlent, c'est une simple effervescence spirituelle. Enfin, il y a de fausses glossolalies, sous l'emprise des esprits du Mal; Saint Jean dit à ce sujet: "Bien-aimés, ne croyez pas tout esprit ; examinez plutôt les esprits pour savoir s'ils sont de Dieu, car beaucoup de prophètes de mensonge sont sortis dans le monde." 1Jean 4:1. Le discernement consiste à vérifier si ces esprits témoignent du Christ et parlent de la gloire de Dieu.

 

"Ils furent tous remplis"

Le "tous" désigne ici les Douze. Eux seuls représentent l'Église Une et Apostolique, c'est à dire le Corps unique du Christ. Mais chacun reçoit cette effusion en plénitude, car ce fut une effusion sur chaque apôtre et la même pour chacun des Douze. Ici se trouve manifestée l'unité sainte qui lie tous en Un: Cet Un étant l'Esprit saint et le Christ. Telle est la Communion de sainteté par l'unique Esprit et dans l'unique Esprit. C'est la même chose que d'être unis ensemble en Christ, par l'Esprit saint: "Vous en moi et moi en vous." Jean 14:20.

Ainsi nous pouvons comprendre avec certitude que l'origine de l'unité de Église se trouve dans l'effusion de l'Esprit Saint en plénitude sur chaque personne de manière égale. Nous disons bien: l'effusion de l'Esprit en plénitude sur chaque personne et l'effusion sur chacune comme sur l'autre. Tel est le fondement du mystère d'unité dans l' Église et par là du mystère de la communion en Christ. Il devient donc clair que l'unité de l'Église ne peut être fabriquée ni composée. C'est une unité divine dont l'origine est la plénitude de l'effusion de l'Esprit venu d'en haut, qui est elle-même la plénitude du renouveau, la plénitude de la nouvelle création. En conclusion, nous pouvons affirmer en toute certitude que l'unité de l'Église est cette même nouvelle création représentée par les Douze. Si l'Église est la nouvelle création, elle est le Royaume du Christ sur terre et rassemble tous ceux qui sont sauvés, par les apôtres ou leurs enseignements c'est à dire les Évangiles, pour les faire demeurer avec le Christ pour toujours.

Quiconque est empli de l'Esprit Saint grâce aux enseignements des apôtres, à l'Évangile, puis par le baptême, les prières, le jeûne (à l'exemple des douze apôtres, indispensable modèle pour quiconque désire être rempli de l'Esprit Saint) devient propre à être uni au Christ puisqu'il a obtenu la même plénitude qui est dans l'Église. Dès lors qu'il a partagé le Corps et le Sang du Christ, il est uni au Corps du Christ, c'est à dire à l'Église; et il devient membre du Corps unique. De telle sorte que Saint Paul a osé s'élever bien haut dans l'expression de ce mystère disant: "Car nous sommes membres de son corps, étant de sa chair, et de ses os." 5  

Cette union ne s'opère pas par l'imagination, ni par le raisonnement, ni même en prétendant se conformer aux énoncés de la foi et de la doctrine, mais c'est une union réelle, opérée par le Christ en lui-même avant de nous la conférer par le sacrement. Car le Christ en sa divinité s'est uni à notre chair et à nos os par son incarnation, de telle sorte que sa chair est notre propre chair et ses os sont nos propres os. Avec sa divinité il s'est uni à nous et nous avons été unis à sa divinité en retour de son union à notre humanité. Véridiques sont ces paroles mystérieuses que nous répétons dans l'hymne: "Il a pris ce qui est nôtre et nous a donné ce qui est sien. Louons-le, glorifions-le, exaltons-le par-dessus tout!" (Théotokie de vendredi)

Afin de manifester que l'effusion de l'Esprit Saint sur l’Église, s'opère en conformité avec sa promesse selon laquelle "Il prendra de mon bien pour vous en faire part" Jean 16:13, le Seigneur enjoint aux Saints Apôtres: "Recevez l'Esprit Saint. A qui vous pardonnerez les péchés, ceux-ci sont pardonnés, à qui vous les retiendrez, ils sont retenus." Jean 20:23. Ainsi la plénitude de l'Esprit Saint avec les fonctions qui lui sont attachées fut conférée aux Douze Apôtres qui à leur tour la transmettent à ceux auxquels ils confient l'Esprit Saint et son action.

 

Droits d'auteur et propriété intellectuelle:

Père Matta El-Maskine (1919-2006) fut le Père spirituel du monastère de Saint Macaire le Grand, à Wadi El-Natroun en Egypte.

© Ce texte a été traduit de l'anglais au français par spiritualite-orthodoxe.net. Tous les droits d'auteur de cette traduction en français, écrite et audio, sont réservés au monastère de Saint Macaire le Grand, en Egypte. Merci de ne pas la reproduire sauf pour un usage privé.

L'article a été publié initialement par la revue mensuelle Saint Marc du monastère, et reproduit en anglais sur le site coptichymns.net.

 Retour à la page: Homélies, enseignements, articles de Père Matta El-Maskin

 

Notes:

1Note de la traduction française; les versets de la Bible sont traduits selon la Nouvelle Bible Segond .

2Note de la traduction française: catholique dans le sens de plénière, souvent traduit par universelle.

3Note de la traduction française: nous utilisons ici et ailleurs dans le texte le mot effusion qui veut dire plus précisément emplissage, car il est celui adopté communément dans le vocabulaire théologique.

4Note de la traduction française: "Si l'on parle en langue - deux ou trois fois tout au plus, et à la suite - qu'il y ait aussi quelqu'un qui interprète. S'il n'y a pas d'interprète, qu'on se taise dans l'Église, qu'on parle pour soi-même et pour Dieu." 1Cor 14:27,28.

5Note de la traduction française: extrait de la bible Martin.

Vous êtes ici : Home Matta El-Maskine: Enseignements et homélies en français La célébration de la Pentecôte