La nouvelle création, unification de l'humanité et vie éternelle1

Par Père Matta El-Maskine, Monastère de Saint Macaire Le Grand ©

 

Notre union au Christ dans un Corps unique

«Nous sommes membres de son Corps, de sa chair et de ses os2» (Eph 5,30).

Voici un mystère qui nous attire vivement, mais que nous ne pouvons comprendre.

Le mystère peut être connu, mais ne peut être compris.

Le mystère dépasse les capacités et les modes de pensée de l’intelligence humaine.

Comment pouvons-nous être tous un seul Corps dans le Christ?

Et plus encore de sa chair et de ses os?...Jusqu’à ce point?

Ce qui nous aide à accueillir cette vérité, c’est que le Seigneur Ressuscité a dit:

«Touchez-moi et voyez: un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’en ai» (Luc 24,39).

Le corps de la résurrection a donc chair et os.

Étant recréés à partir du propre Corps du Seigneur Ressuscité, il nous revient d’être de sa chair et de ses os, tout comme Ève était de la chair et des os d’Adam.

 

Mais comment sommes-nous un seul corps dans le Christ?

Notre union dans le Christ est plus grande et plus complète que l’union entre les époux.

Notre union dans le Christ exprime la réunification de l’humanité «en un seul Homme Nouveau» (Eph 2, 15),

«En cet Homme parfait, dans la force de l'âge, qui réalise la plénitude du Christ» (Eph 4,13).

Ici, le Christ restitue à l’humanité l’unité initiale qu’elle possédait avant le péché.

En effet, avant le péché, l’humanité était un seul homme, Adam, créé à l’image de Dieu.

La procréation, la multiplication, n’est advenue qu’après le péché et le verdict de mort, comme une de leurs conséquences.

Le péché a fragmenté l’unique nature humaine en des milliers de débris.3

Aussi, lorsque le Christ a assumé les péchés de l’humanité et les a abolis sur la croix, la conséquence nécessaire en a été le retour de l’humanité fragmentée depuis Adam, à son unité initiale.

Car le péché, principe de la désunion, a été réduit à néant.

 

Mais comment le Christ est-il en nous et nous en lui?

Comment devenons-nous un dans le Père et dans le Fils?

Entrons-nous dans la profondeur de l’Être divin, dans la profondeur de la Trinité?

Comment la partie peut-elle entrer dans l’Absolu parfait sans perdre son existence propre?

Voici un mystère que l’explication théologique ne peut approcher.

Mais saint Jean le présente avec une extrême simplicité:

«Quant à notre communion, elle est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ. Et nous vous écrivons cela pour que votre joie soit parfaite» (1 Jn 1,3-4).

La joie parfaite indique ici que nous ne perdrons pas notre existence propre, par notre entrée dans l’Absolu parfait.

La joie est un sentiment dont le siège est le moi.

La conscience que nous avons d’exister ne sera donc pas annulée par notre entrée dans l’Absolu de Dieu.

Reste la question: comment le fini peut-il s’intégrer à l’Absolu infini, sans perdre son existence propre?

 

L’Incarnation, principe de l’union

En s’incarnant, le Christ a pris de nous un corps fini et l’a uni parfaitement à son existence divine infinie.

De ce fait, l’humanité,dans le Christ, est sortie de sa finitude vers l’infini de Dieu.

Le Christ a ainsi intégré en lui-même l’humanité entière, c’est-à-dire tous les êtres humains.

Le Christ a assumé une existence temporelle et l’a parfaitement unie à son existence éternelle, qui dépasse le temps.

Par cela, il a fondé l’union entre le temporel et l’intemporel, entre le fini et l’infini.

Il a libéré l’existence humaine de sa finitude et l’a rendue capable de s’unir à l’infini de Dieu.

Mais cette capacité est restée le privilège de la seule existence personnelle du Christ, jusqu’au moment de la Croix, lorsqu’ayant assumé en sa propre personne les péchés de l’humanité entière, le Christ en est mort, puis il est ressuscité.

Par sa Résurrection, il a recréé en sa propre personne l’humanité entière, en une nature nouvelle, tirée de lui, jouissant comme lui de la capacité d’union entre le fini et l’infini, entre le temporel et l’intemporel: «Vous êtes en moi et moi en vous» (Jn 14,20).

L’Incarnation rédemptrice a été ainsi le principe de la réunification de l’humanité fragmentée depuis Adam à cause du péché, réunification dans le Fils de Dieu qui en lui-même l’a réunie.

Le péché ayant été aboli par la Croix, l’humanité fragmentée a retrouvé son image originelle à la ressemblance de son Créateur.

Ainsi par la Résurrection, c’est-à-dire par la recréation de l’humanité à partir de la nature du Christ, se réalise le mystère de l’union entre le temporel et l’intemporel, entre le fini et l’infini.

 

La Croix a réalisé le but de l’Incarnation

L’Incarnation a été le principe de l’intégration de l’humanité dans le Fils unique de Dieu.

En puissance, cette intégration a été accordée à l’homme, dans la propre personne du Christ, dès le moment de son Incarnation, mais le péché en a différé la pleine réalisation.

Cette intégration n’a été pleinement réalisée, au niveau de l’humanité entière, que lorsque le Christ a assumé en sa chair le péché de l’humanité, en est mort et a ainsi libéré l’humanité de la mort et de la désunion.

Par le fait même, il l’a déliée de sa finitude et lui a accordé le pouvoir de s’unir dans le Christ à l’Être infini et intemporel.

La Croix a ainsi réalisé au plan de l’humanité entière l’union que le Christ a inaugurée en sa propre personne par l’Incarnation.

Et par la Résurrection, l’humanité a reçu sa nouvelle création et a été habilitée à la vie éternelle avec Dieu.

 

Notes:

1Méditation orale du Père Matta el Maskîne le soir de Pâques 1997.

2Le dernier membre de la phrase, de sa chair et de ses os, est une glose très ancienne, attestée déjà par saint Irénée de Lyon. Elle se trouve dans le Texte Reçu.

3«Adam est tombé et, se brisant en quelque sorte, il a rempli de ses débris tout l’univers» (S. Augustin, Sur le Psaume 95, PL 37, 1236).

 

Droits d'auteur et propriété intellectuelle:

Père Matta El-Maskine (1919-2006) fut le Père spirituel du monastère de Saint Macaire le Grand, à Wadi El-Natroun en Egypte.

Ce texte a été traduit au Monastère de Saint Macaire en Egypte. Tous les droits d'auteur de cette traduction en français, écrite et audio, sont réservés au Monastère de Saint Macaire Le Grand ©, en Egypte. Merci de ne pas la reproduire sauf pour un usage privé.

 Retour à la page: Homélies, enseignements, articles de Père Matta El-Maskine

Vous êtes ici : Home Matta El-Maskine: Enseignements et homélies en français Unification de l'humanité et vie éternelle